Articles

Pour une politique agricole de la Terre à la Table

Notre politique propose des mesures concrètes qui touchent aux enjeux au cœur de la vie agricole et du développement socioéconomique du Québec. Plus précisément, notre politique couvre :

  • La nécessité de passer d’une logique de subventions agricoles à une logique de contrat avec l’État afin de ne plus soutenir le volume produit, mais plutôt la qualité du travail des agriculteurs.
  • La réorientation du soutien vers l’ensemble des fermes québécoises, et non plus vers un groupe sélect de gros producteurs.
  • L’exclusion des intégrateurs du soutien de l’État, car le Québec ferait le choix de la ferme à échelle humaine et non plus d’un modèle industriel.
  • L’éco-conditionnalité non plus simplement comme une simple théorie, mais comme une réalité. La protection des ressources doit devenir une priorité.
  • L’ouverture du territoire, de la mise en marché collective, de la gestion de l’offre aux jeunes, aux néo-agriculteurs et à l’agriculture paysanne.
  • L’aplanissement des irritants pour les artisans, les fromagers, les producteurs d’alcool, et les producteurs du terroir, contenus dans la Loi sur la mise en marché des produits agricoles.
  • Le statut d’entrepreneur qu’il faut redonner aux agriculteurs.
  • La valorisation des agriculteurs dans leur rôle de fiduciaires de l’environnement.
  • L’inclusion du facteur de nordicité de notre agriculture dans le rôle de soutien de l’État.

Et finalement, le rétablissement de la démocratie en agriculture par la fin du monopole syndical de l’Union des producteurs agricoles, réelle épine à l’épanouissement de l’agriculture du Québec.

Le projet de politique de souveraineté alimentaire dévoilé par le ministre Gendron le 22 mars dernier nous a convaincu qu’il nous fallait agir. La récupération politique, par le PQ, du concept de souveraineté alimentaire est honteuse. Il induit en erreur à la fois les agriculteurs et la population face à un concept élaboré par les groupes de paysans du monde entier et qui va bien au-delà de ce que le ministre Gendron propose.

Les membres paysans et citoyens de l’Union paysanne sont fiers de déposer cette politique agricole de la Terre à la Table, car elle correspond aux aspirations et aux souhaits des agriculteurs et de la population.

 


Pièces-jointes :

com-up_2013-05-15_Politique-Agri.pdf

PourUnePolitiqueAgricole.pdf

Pour information :

Benoit Girouard
Président Union paysanne
450-495-1910

           

Maxime Laplante
Vice-président
418-926-2473

 

L’Union paysanne est un syndicat agricole et citoyen qui intercède auprès du gouvernement, des médias et de l’opinion publique pour promouvoir les intérêts de la paysannerie. Elle donne une place à tout ceux désireux de s’impliquer en faveur d’une agriculture et d’une alimentation paysanne. L’Union paysanne c’est… l’Alliance de la Terre et de la Table.

 

up alliance150

Invitation au Congrès de l’Union paysanne les 27 et 28 avril 2013

Le futur c’est l’alliance entre paysans et citoyens-consommateurs, le lien de la terre à la table, en passant par la transformation. C’est habiter nos territoires et en vivre. Le futur c’est la poursuite de l’idée de base de l’Union paysanne.

À la suite du rapport Pronovost, le gouvernement a annoncé son intention de rédiger une politique agricole, devenu une politique bioalimentaire et qui maintenant est une politique de souveraineté alimentaire. Pourtant le contenu à peu évolué, sinon en s’éloignant toujours un peu plus des recommandations du rapport Pronovost.  Une autre stratégie de camouflage pour masquer le fait que les fermiers sont coincés, sans issue, dans un fouillis de plans conjoints coercitifs et sans accès à la terre. À quoi bon la publicité pour mousser les ventes de produits québécois si leur production est entravée à la source?

Lors de ce congrès, l’Union paysanne veut rédiger sa propre politique agricole. Il est temps de faire la synthèse de ce que nous voulons en agriculture et aussi une réflexion sur nos moyens d’action. Il faut qu’au Québec il redevienne possible de faire de l’agriculture sans que ce soit illégal, sans que nourrir sa communauté soit passible de poursuites.

Nous réclamons le droit d’être paysan!

 


 

congres 450

 

Le droit d’être paysan!

Congrès de l’Union paysanne
27-28 avril 2013

Centre St-Pierre
1212 Rue Panet Montréal, QC H2L 2Y7
(514) 524-3561

 

 


 

 

Programme du congrès

 

Samedi 27 avril

9h30 : Accueil et inscription

10h00 :

  • nomination d’un animateur
  • nomination d’un secrétaire
  • lecture et adoption de l’ordre du jour
  • lecture et adoption du pv du Congrès 2011

10h10 : Mot de bienvenue

10h15 : Rapport financier, plan d’action 2012, union sectorielles.

10h30 : Un projet de politique agricole
mise en contexte

12h00 : Dîner sur place (Fin de la mise en candidature pour les élections)

13h15 : Ateliers

14h30 : Pause

14h45 : Suite des ateliers

17h30: Souper

19h00 : Tribune du peuple

Dimanche 28 avril

9h00 : Plénière

11h00 : Plan d’action 2013

12h00 : Dîner et discussion sur les luttes mobilisatrices

13h00 : Assemblée et élections

15h00 : Clôture du congrès

 


 

Pour vous inscrire:

Frais de Congrès : 65$

Coucher : Autour du Centre St-Pierre plusieurs hôtels accessibles. À vos frais.

SVP nous confirmer votre présence afin de gérer le nombre de place. Laissez nous votre nom et façon de vous rejoindre. Une fois inscrit vous recevrez de plus amples informations.

Par téléphone : 450-230-5046
Par courriel : paysanne@unionpaysanne.com

Pièce-jointe : Invitation_au_Congres_2013.pdf