Articles

Marie-Josée Renaud

L’Union paysanne prend de l’ampleur

Lachute, 24 janvier 2017. L’Union paysanne est fière d’annoncer l’embauche de Marie-Josée Renaud à
titre de coordonnatrice générale de l’organisation et de Stéphanie Wang au poste de coordonnatrice-volet international.

Marie-Josée Renaud

Marie-Josée Renaud est bachelière en sciences politiques et détient également une maîtrise en aménagement du territoire et développement régional. Impliquée dans le milieu associatif depuis plus de 10 ans, elle a cofondé et dirigé l’organisme Craque-Bitume, bien connu à Québec pour son travail en écologie urbaine. « L’Union paysanne était un choix naturel considérant ma sensibilité à la souveraineté alimentaire et aux organismes portant des valeurs sociales fortes », souligne Marie-Josée Renaud. Elle sera responsable de l’administration générale de l’organisation, de la coordination des bénévoles et de la recherche de financement.

 

Stéphanie Wang

Stéphanie Wang est impliquée à l’Union paysanne depuis bientôt cinq ans, on lui doit d’avoir structuré le volet international de l’organisation. Elle a réalisé sa recherche de maîtrise de sociologie, sur les lois agricoles québécoises, auprès de l’Union paysanne. Elle coordonnera le travail de l’Union paysanne au niveau canadien, nord-américain et international avec La Via Campesina en plus de recruter des formateurs et jeunes québécois pour des mandats de formations à l’étranger dans le cadre d’un partenariat  avec L’Œuvre Léger.  Elle quittera par ailleurs ses fonctions au conseil de coordination afin de se consacrer à son nouveau poste.

L’ajout de ses deux salariées permettra à l’organisation d’étendre et de consolider ses actions. « 2017 sera une année de croissance pour notre mouvement » prévoit Benoit Girouard, président de l’Union paysanne. « Nous sommes sollicités de toutes part. et l’embauche de deux femmes de terrain nous permettra d’agrandir nos actions. Les agriculteurs recherchent une alternative syndicale et les citoyens veulent voir le modèle agricole refléter les valeurs de l’agroécologie. C’est ce que propose l’Union paysanne», ajoute t’il.

-30-

Pour information :

Benoit Girouard                                                                                  Maxime Laplante
Président Union paysanne                                                                Vice-président
450-495-1910                                                                                      418-926-2473

Agriculteurs-formateurs recherchés pour mandats à l’international

L’Oeuvre Léger, l’Union paysanne et le Centre paysan s’associent afin de fournir des services conseil en agriculture et mise en marché agricole dans le cadre du projet Innovation et Mobilisation pour la Sécurité Alimentaire (IMSA). Le projet IMSA, cofinancé par Affaires mondiales Canada, se déroule sur deux continents pour une période de cinq ans et vise à augmenter la sécurité alimentaire des femmes, des hommes et des jeunes des zones rurales arides et semi-arides du Burkina Faso de la Bolivie et du Pérou. Lire la suite

L’Union paysanne encore plus visible et accessible

Benoit GirouardLachute, 1er septembre 2016. L’Union paysanne est fière de dévoiler aujourd’hui son tout nouveau site Internet : www.unionpaysanne.com. Une vitrine plus complète sur les actions et réalisations du deuxième regroupement d’agriculteurs de la province.

Il était devenu nécessaire de refaire cet outil afin de mieux répondre aux nombreuses demandes que nous recevons chaque jour et d’alléger le travail de nos bénévoles. « Depuis quelques années l’Union paysanne est devenu une référence. Nous recevons chaque jour par téléphone et par courriel des questions d’agriculture, de démarrage de ferme, de recherche d’animaux d’élevage, de ferme de stage, etc. » souligne Benoit Girouard, président de l’association.

Le nouveau site Internet de l’Union paysanne ouvrira une porte sur le démarrage en agriculture et les ressources utiles au métier. Ces sections seront bonifiées dans les mois à venir afin d’être le plus complètes possible. Une toute nouvelle section permettra à des membres de l’Union paysanne de s’afficher, une façon simple de démontrer que notre regroupement est bel et bien implanté dans toutes les régions du Québec et dans toutes les productions. Nous espérons donner le goût à plus d’agriculteurs de faire le saut vers le changement.

En terminant, l’Union paysanne en profite pour saluer le travail de ses bénévoles qui est en grande partie derrière la réalisation de ce site web et de ses futures améliorations. Notre organisation, malgré un maigre budget annuel d’environ 50 000 $, est devenu une référence d’abord et avant tout en raison de l’engagement de ses membres et amis. Nous tenons à les remercier.

1 : À titre de réflexion : dans les cinq dernières années, en raison du monopole syndical, nos membres agriculteurs ont envoyé plus de 1 500 000 $ de cotisations syndicales obligatoires à l’UPA. Voilà où passe notre budget.

Pour plus d’informations:

Benoit Girouard
Président Union paysanne
450-495-1910
Maxime Laplante
Vice-président
418-926-2473

Télécharger ce communiqué :

thumbnail of com-up-2016-09-01-site-webL’Union paysanne encore plus visible et accessible
Fichier PDF

Un rapport sur la relève agricole qui commande des actions

Lachute, 27 avril 2016. Certains avaient reproché à la Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire du Québec de ne pas avoir assez traité de la relève agricole dans son rapport de 2007. Et bien, Jean Pronovost vient de boucler la boucle avec succès. Le rapport « À l’écoute de la relève agricole », sorti hier, fait le tour des questions qui préoccupent les jeunes de la relève agricole. Prix des terres, transfert familial, gestion de l’offre, accès au territoire, financement, plan conjoints, etc. Lire la suite

Déclaration du 17 Avril 2016 : Journée internationale des luttes paysannes

Il y a 20 ans, le 17 avril 1996, à Eldorado dos Carajás dans l’État de Pará au Brésil, 19 paysannes et paysans furent assassinés. Ceux-ci étaient membres du Mouvement des travailleurs ruraux sans terres (MST) et luttaient pacifiquement pour l’accès à la terre. En hommage aux victimes du massacre, le mouvement paysan international La Via Campesina a déclaré cette date la Journée internationale des luttes paysannes. Lire la suite

Pour nourrir le Québec, donnons une place aux paysans et à la relève agricole.

C’est n’est plus un secret pour personne, il n’y a pas d’ouverture, ni pour la relève agricole, ni pour les paysans dans les secteurs sous quota au Québec. Cette situation, qui perdure depuis plus de 40 ans, est due en grande partie à la résistance des cartels1 qui contrôlent ces secteurs à partager avec les jeunes générations. Lire la suite

Retour sur le Congrès annuel et l’AGA 2016

Les 26 au 28 février dernier à Saint-Charles-sur-Richelieu au Mouton Village, plus d’une centaine de membres et visiteurs ont participés aux conférences, ateliers, à l’encan siencieux et à l’assemblée générale annuelle de l’Union paysanne.

Lors de la conférence d’ouverture du vendredi, Paul François, a déclaré  »STOP à l’agriculture mortifère » à la Monsanto. L’agriculteur français qui a eu gain de cause contre le géant de l’industrie agrochimique et le chercheur de l’IRDA Luc Belzile ont nommé « l’effet de réseau » comme étant un facteur favorisant la transition de l’agriculture conventionnelle vers l’agriculture biologique.

Le samedi, des jeunes leaders paysans du Canada, du Québec et des États-Unis ont présenté le rôle des organisations paysannes et des représentants régionaux dans la mise sur pied d’un modèle agroécologique local. Guy Kastler et Claudia Schievelbein, nos invités européens de La Via Campesina, ont terminé leur tournée canadienne au Congrès et partagé les luttes des paysans européens pour préserver leurs droits aux semences paysannes.

Les plans conjoints et la gestion de l’offre, les traités de libre-échange et le monopole syndical de l’Union des producteurs agricoles continuent de préoccuper les membres de l’Union paysanne.

Les participants ont malgré tout pris le temps de se rassembler autour de la musique Folk-Agricole de Yan Boissonnault, déguster le « Brie du monopole » et autres produits du terroir généreusement offerts par des fermes et entreprises d’un peu partout au Québec et préparés avec soin par Marc-Antoine Fontaine, chef cuisinier du Mouton Village, un site enchanteur à découvrir!

Enfin, l’Assemblée générale annuelle a élu deux nouvelles relèves agricoles sur son Conseil de Coordination : Laurence Perle Barchichat qui coordonne le comité agriculture alimentation du Forum Social Mondial, et Stéphanie Wang qui coordonne le comité international.

L’Union paysanne tient à remercier chaleureusement tous les bénévoles, conférenciers, artistes, commanditaires et partenaires qui ont contribué à faire de ce congrès un succès.

Panel Paul François
Photo de groupe!

Les mauvaises langues

par Benoit Girouard, Président de l’Union paysanne

Des mauvaises langues, La Terre de Chez Nous en tête, se sont égosillées depuis quelques jours sur le changement de statut de l’Union paysanne qui est passé de syndicat à association de personnes morales. Elles ont tenté d’y voir un truc obscur ou une renonciation à notre mission. C’est mal nous connaître, en plus d’être mensonger.

Alors voici quelques explications et rectificatifs pour nos amis et membres qui n’auraient pas suivi la situation qui dans les faits date de 2014-2015.

Syndiqués ou chefs d’entreprise?

Le changement de statut de l’Union paysanne, qui a pris effet en février dernier, a été voté au congrès spécial de mai 2015. Cette décision n’est pas sortie d’un sac à surprise. Elle découle d’une réflexion amorcée depuis plusieurs années au sein du mouvement, surtout de la part des agriculteurs qui avaient un malaise à se considérer comme des syndiqués alors qu’ils sont des chefs d’entreprises, des artisans et des paysans. L’Union paysanne, qui s’est toujours efforcée de réfléchir à la direction prise par l’agriculture industrielle, y voit un élément important. Considérer l’agriculteur comme un simple fournisseur de denrées et instituer avec lui une relation de patron à ouvrier fait justement partie du jeu de l’industrie et du gouvernement.

Un autre élément s’ajoutait à l’équation : beaucoup de programmes de subventions et autres écartent les syndicats. Alors que l’Union paysanne est privée de la capacité de cotiser intégralement ses propres membres agriculteurs en raison de la cotisation forcée à l’UPA, nous devions en tenir compte.

Un sondage préalable, avec près de 200 membres répondants, avait déjà préparé le terrain. 90% étaient en faveur de cette modification, qui fut par la suite débattu et entérinée en congrès spécial en mai 2015. Donc c’est le résultat d’une longue réflexion au sein du mouvement et qui au fond ne change rien à nos actions, nos méthodes et à notre capacité à briser le monopole de l’UPA. Rappelez-vous que le rapport Pronovost, en parlant du pluralisme, parlait bien d’association. L’Association de personnes morales est également la forme juridique choisie par le Conseil des entrepreneurs agricoles qui combat également le monopole de l’UPA.

Laissons faire les mauvaises langues et continuons notre lutte commune afin que les agriculteurs québécois puissent retrouver une vraie liberté de s’associer.

 

UP Kiosque 0248

L’Union paysanne et le Centre Paysan y étaient!

L’Union paysanne et le Centre paysan étaient à la Fête des semences de Alma (13 mars), le Festival des semences et Crow Moon de Frelighsburg (19-20 mars) et au Salon Manger Santé Vivre Vert de Québec (18-20 mars).

Des centaines de cartes postales ont été signées et plusieurs paysans, paysannes, apprentis et bébés paysans sont repartis avec leur T-shirt!

UP Kiosque

UP Kiosque 0248