Articles

François Gendron.

Le ministre François Gendron doit mener une enquête sur les agissements de l’UPA en agriculture

Le 1er novembre dernier, la cour des petites créances de Joliette recevait l’UPA en poursuite contre une entreprise de semences biologiques. L’entreprise visée par la poursuite ne possède pas le statut de producteur agricole, mais l’UPA lui réclame quand même plus de 2000$ en cotisations syndicales. Fait surprenant, le juge n’a pas tranché le litige, mais référé le dossier au tribunal de la Régie des marchés agricoles.

François Gendron. François Gendron, le Ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec

Selon le représentant de l’UPA, le ministère de l’agriculture du Québec n’a aucun rôle à jouer lorsqu’il s’agit de déterminer si un fermier peut être déclaré producteur agricole ou non. Pourtant la loi est claire et c’est bien le MAPAQ qui détermine le statut de producteur agricole1. Statut qu’il faut demander. C’est d’ailleurs ce même ministère qui, en vertu d’une entente validée par la Commission d’accès à l’information du Québec, transmet la liste des agriculteurs «enregistrés», à l’UPA. Lors de l’audition, l’UPA a même tenté d’obtenir les renseignements financiers de l’entreprise, alors qu’il revient au MAPAQ de recueillir ces données.

Une trentaine de personnes s’étaient déplacées pour aller soutenir les propriétaires des Jardins de l’Écoumène contre les attaques de l’UPA. Pour l’Union paysanne, il s’agissait d’une autre démonstration d’abus de pouvoir de la part de l’UPA, qui tente de se substituer au MAPAQ.

L’Union paysanne estime qu’il est urgent que le MAPAQ reprenne le contrôle de l’agriculture, au lieu de l’abandonner à l’UPA comme c’est le cas actuellement. Quoi qu’en dise l’UPA en cour, le Ministre de l’agriculture est clairement responsable de l’application de la loi sur les producteurs agricoles (article 57). Poursuivre une entreprise biologique de semences est clairement une manœuvre arbitraire de bâillonnement. Pourquoi l’UPA ne poursuit-elle pas les géants de l’industrie des semences transgéniques que sont Monsanto, Syngenta ou Novartis?

Le ministre François Gendron doit mener une enquête sur les agissements de l’UPA. Il est urgent d’appliquer les recommandations du rapport Pronovost en agriculture, incluant celle de mettre fin au monopole de cette organisation sur l’agriculture du Québec.

 

Référence :

  1. http://bit.ly/16VjagY

 

Pièce-jointe :

Pour information :

Benoit Girouard
Président Union paysanne
450-495-1910

           

Maxime Laplante
Vice-président
418-926-2473

L’Union paysanne est un syndicat agricole et citoyen qui intercède auprès du gouvernement, des médias et de l’opinion publique pour promouvoir les intérêts de la paysannerie. Elle donne une place à tout ceux désireux de s’impliquer en faveur d’une agriculture et d’une alimentation paysanne. L’Union paysanne c’est… l’Alliance de la Terre et de la Table.

 

up

40 ans de monopole syndical… ça se fête!

up30 mai 2012, St-Hyacinthe. Le monopole syndical de l’Union des producteurs agricoles fête aujourd’hui ses 40 ans. Probablement que personne n’organisera de réception, mais c’est en effet le 30 mai 1972 qu’une loi força tous les chefs d’entreprises agricoles du Québec à payer une cotisation obligatoire à l’UPA.

Si certains disent que dans le contexte de l’époque la chose était envisageable, peu de personnes nient désormais que ce même monopole en plus d’être antidémocratique freine tout simplement le développement de l’agriculture au Québec. Le rapport Pronovost est éloquent à ce sujet.

Les plus petites fermes, l’agriculture biologique, les créneaux et les agriculteurs en régions sont littéralement prises dans un carcan créé par les systèmes mis en place par l’UPA et qui servent de plus en plus à nourrir une structure administrative.

Par exemple, peu de gens savent que l’UPA et ses Fédérations prélèvent annuellement plus de 140 millions de dollars dans les poches des agriculteurs seulement afin de faire fonctionner son système de mise en marché collective. Ses fameux prélevés n’ont fait qu’augmenter depuis 10 ans, afin de soutenir une structure de plus en plus lourde et une Confédération déficitaire.

Pourtant, le problème de base est relativement simple. La loi de 1972 a imposé un régime basé sur le droit ouvrier…. à des chefs d’entreprises et notre agriculture s’en reflète. Elle est de moins en moins entrepreneuriale et de plus en plus passive face aux problèmes….c’est le patron (UPA) qui s’en occupe.

  • notre agriculture tarde à se diversifier,
  • les fermes disparaissent plus vite qu’ailleurs au Canada,
  • les agriculteurs québécois sont 2 fois plus endettés qu’en Ontario et 3 fois plus qu’aux États-Unis
  • le gouvernement a épongé une dette de plus de 1 milliard à la Financière agricole
  • Nous subventionnons toujours une agriculture industrielle qui fonctionne à perte en plus de laisser des impacts environnementaux considérables.
  • les agriculteurs récalcitrants sont poursuivis par l’UPA et ses Fédérations pratiquement toutes les semaines devant la Régie des marchés agricoles

L’Union paysanne se bat depuis 10 ans afin de rétablir un réel droit d’association tel que garanti par les chartes et qui fait toujours défaut pour les agriculteurs d’ici, mais son réel combat se situe d’abord dans la réorientation du modèle agricole afin qu’il se mette réellement au service des agriculteurs et de la population.

Après avoir rencontré des centaines de députés tous largement en faveur de la fin du monopole syndical de l’UPA, le gouvernement libéral actuel tarde à rétablir la démocratie en agriculture par simple calcul politique. Pendant ce temps, la plupart des prédictions de l’Union paysanne se sont avérées justes. Hécatombe dans le porc, perte financière pour le gouvernement, recul de l’agriculture dans les régions, impasse pour les jeunes, recul de la part de marché mondial dans le sirop d’érable, échec de Colbex-Levinoff, etc.

Il est plus que temps pour le gouvernement de traiter les agriculteurs comme des adultes et de leur redonner une vraie liberté d’association. Pour l’instant… Joyeux 40 ans de monopole.

 


 

Pièce-jointe : com-up_2012-05-31_40ans-monopole.pdf (125 Kio)

Pour Information :

Benoit Girouard, président Union paysanne : 450-495-1910
Maxime Laplante, vice-président : 418- 926-2473