Articles

Toward Supply Management 2.0 in Canada (cover picture)

Toward Supply Management 2.0 in Canada

Towards Supply Management 2.0 in Canada

A Discussion Paper by Union paysanne

The document Towards Supply Management 2.0 in Canada offers food for thought on issues related to the supply management system in Canada and its impact on farms, farmers and young farmers.

Excerpt (Introduction)


Over the last 10 years, criticism of supply management of Canadian agricultural commodities has increased. The most frequent arguments are directed at the prohibitive cost of quotas, the lack of room for new farmers, and constraints to trade.

To take into consideration all of the grievances leveled at supply management and their possible solutions in a single document would not do justice to the topic. Due to its gigantic proportions, its importance and also because of the differences between provinces, it became incumbent upon us to target certain aspects of supply management in order to better deal with them. We decided to focus on the slow cartelization of supply management because this tendency has spread widely across Canada.

To start production under supply management has never been so difficult, if not impossible, as far as profitability is concerned. The data presented in this document show that quotas are inaccessible and block entry to certain productions. Furthermore, certain mechanisms in place tend to block, rather than open the doors, to new generations of farmers.

In our opinion, it is this slow cartelization that poses the greatest risk to the future of supply management. For all practical purposes, supply management has excluded rather than included new generations of farmers. It has also limited access to niche markets for consumers. The guardians of supply management have done more harm than good by departing from the original social vocation of the system.

It became apparent that it was important to act now as discussions regarding supply management have for a long time been monopolized by two groups with opposing viewpoints. On one side are those who would like to put an end to supply management entirely (often the think tanks and the economists associated with a certain right wing economic vision) on the other side are those who would like to preserve the system as it is (those with quotas and producer associations). Neither group is listening to the other with the result that it has become difficult to have a healthy and constructive debate on the question. Incidentally, during the preparation of this document, several of the persons interviewed asked not to be identified because the subject has become too sensitive. Each of the parties prefers to have recourse to studies and promotion campaigns in order to sell their point of view. This standoff prolongs the status quo which is detrimental to producers and to Canadians in general.

The discussion proposed in this paper grew out of the unique structure of the Union Paysanne, founded in 2001, which brings together producers and citizens from all walks of life. In addition to the farmers who operate within the system of supply management, hundreds of individuals who had no place in it were thus able to have a voice. Opposing and complementary propositions were debated which enabled the development of new perspectives. The present discussion paper grew out of this debate. Our first objective was to prepare a short document which would be accessible and comprehensible to a general reader. We will begin by presenting the historical background of the system of supply management in order to review its founding principles and examine how it might be possible to reconnect with them.

A third path is urgently needed : a new way which will enable us both to protect supply management and to leave some room for the upcoming generations, for local and regional agriculture, for organic and for small-scale farmers. It is precisely for these groups that we intend to reappropriate the present and future of supply management of Canadian agricultural commodities.

 


Download full document (PDF)

 

Vers une gestion de l’offre 2.0 au Canada

Vers une gestion de l’offre 2.0 au Canada

Document de réflexion de l’Union paysanne

Le document Vers une gestion de l’offre 2.0 au Canada propose des pistes de réflexion sur les enjeux reliés au système de gestion de l’offre au Canada et ses impacts sur les fermes, les paysans et la relève agricole.

Extrait (Introduction)


Depuis 10 ans, la gestion de l’offre des produits agricoles canadiens voit les critiques se multiplier à son égard. Que ce soit la valeur prohibitive des quotas, le manque d’espace pour les nouveaux agriculteurs ou encore les entraves au commerce, les flèches ne manquent pas.

Traiter de l’ensemble des récriminations envers la gestion de l’offre et de leurs possibles solutions dans un seul document charcuterait inévitablement le propos. Du fait de son gigantisme, de son importance, et aussi de ses différences entre les provinces, il importe de cibler des parties de la gestion de l’offre afin de mieux en traiter. C’est le choix que nous avons fait en ciblant une tangente qui traverse l’ensemble du Canada, c’est-à-dire une lente cartellisation de la gestion de l’offre.

Entrer en production dans ce secteur n’a jamais été aussi difficile, voire impossible en termes de survie économique. Comme les chiffres le démontreront plus loin, les quotas sont inaccessibles et bloquent l’entrée à ceux qui voudraient se lancer en production. De plus, certains mécanismes en place tendent plus à garder les portes fermées qu’à les ouvrir réellement et durablement à une relève agricole.

C’est cette lente cartellisation qui, selon nous, constitue le plus important facteur de risque pour l’avenir de ce système. Elle crée pratiquement plus d’exclus que d’inclus, autant au niveau de la relève agricole que des consommateurs dont les créneaux de marché ne sont pas desservis. Ainsi, les dépositaires de la gestion de l’offre se sont nui à eux-mêmes en s’éloignant de la vocation sociale de ce qui leur avait été confié.

Il nous est apparu d’autant plus important d’agir que les discussions sur la gestion de l’offre sont depuis très longtemps prises en otage par deux groupes aux visions opposées. D’un côté, ceux qui voudraient y mettre fin sans préserver quoi que ce soit (souvent des think tanks et des économistes associés à une droite économique), et de l’autre ceux qui souhaitent la préserver telle quelle (détenteurs de quotas et regroupements de producteurs agricoles).


Télécharger le document entier au format PDF

 

GO-2-0-Couverture

Lancement : Vers une gestion de l’offre 2.0 au Canada

GO-2-0-CouvertureLachute, mardi 2 décembre 2014 L’Union paysanne est fière de dévoiler aujourd’hui un document de réflexion et de proposition visant à rénover le système de gestion de l’offre canadien : « Vers une gestion de l’offre 2.0 au Canada ».

La trame de fond de ce document nous pousse à dire que la gestion de l’offre est en danger. À moins de bouger, nous assisterons dans les prochaines années à une fragilisation de ce système, dont la chute ouvrira toutes grandes les portes au libre marché dans l’agriculture, ce qui n’est ni à l’avantage de la population, ni des agriculteurs. La menace est double…

En premier lieu, la cartellisation de la gestion de l’offre par les offices de producteurs récolte jour après jour plus d’opposants en faisant plus d’exclus que d’inclus. Leur refus d’ouvrir le secteur et de le partager réellement avec une relève agricole renforce cette cartellisation. Rappelons que la gestion de ce système leur a été confiée et qu’elle constitue un privilège rare dans une société.

L’Union paysanne refuse de rester les bras croisés et d’assister à l’agonie d’un système qui, malgré des défauts, demeure une excellente façon de poursuivre un idéal de souveraineté alimentaire. En second lieu, le gouvernement fédéral qui, derrière les traités internationaux, quoi qu’il en dise, transforme petit à petit la gestion de l’offre en gruyère. On voudrait asphyxier la gestion de l’offre qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

L’Union paysanne refuse donc de rester les bras croisés et d’assister à l’agonie d’un système qui, malgré des défauts, demeure une excellente façon de poursuivre un idéal de souveraineté alimentaire.

Nous ne nous positionnons pas aujourd’hui en donneurs de leçon. Nous avons commencé par écouter, depuis plus de dix ans, les agriculteurs qui en vivent, ceux qui souhaiteraient en faire partie et finalement ceux qui voudraient avoir une place à côté. C’est de ces nombreux échanges, colloques et débats que ce document est issu. Il ne termine pas la discussion, il la commence. Il ne propose pas tout, mais cible des éléments porteurs, en particulier pour le Québec, qui apparaît comme la province la plus rigide en matière de gestion de l’offre.

Deux propositions nous apparaissent prioritaires: premièrement, qu’une commission nationale sur la gestion de l’offre soit organisée par le gouvernement fédéral afin de permettre à l’ensemble des Canadiens de s’exprimer sur le sujet. Après plus de 40 ans, il est temps de faire le point. Advenant l’absence de mouvement du fédéral, nous invitons les provinces à amorcer des discussions sur le sujet.

Il nous apparaît urgent de trouver une troisième voie, une nouvelle voie qui permettrait à la fois de protéger la gestion de l’offre et de donner de l’espace aux jeunes, aux régions, aux agriculteurs biologiques, à l’agriculture locale et aux paysans. Deuxièmement, la production hors quota doit être augmentée dans chaque production afin de donner de l’espace à la relève agricole, aux paysans, aux nouvelles productions et aux régions. Cette recommandation vaut particulièrement pour les provinces à la traîne des provinces de l’Ouest qui font un effort réel en ce sens. Le hors quota, qui concerne en fait l’ensemble de la population d’une province, ne doit plus être déterminé par les offices de producteurs, mais par le ministère responsable de l’Agriculture de chaque province.

Nous lançons donc aujourd’hui ce document,  mais c’est en fait le bâton de pèlerin que nous prenons. La gestion de l’offre est issue du Québec et a lentement gagné le reste du Canada. Nous espérerons qu’il pourrait en être pareil aujourd’hui. Le document sera d’ailleurs disponible sous peu en anglais et nous inviterons des partenaires du reste du Canada à emboîter le pas.

Finalement, nous attirons votre attention sur la qualité des intervenants qui ont lu le document et accepté de le préfacer: Jacques Proulx, ancien président de l’Union des producteurs agricoles et de Solidarité rurale, Jean Pronovost, qui a présidé la Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire du Québec, Jean-Pierre Léger, président et chef de la direction Groupe St-Hubert, Jean Nobert ancien président de la Fédération des producteurs de lait et aujourd’hui avocat. Ces personnes amplifient le message lancé par l’Union paysanne : la gestion de l’offre doit se rénover.

Il nous apparaît urgent de trouver une troisième voie, une nouvelle voie qui permettrait à la fois de protéger la gestion de l’offre et de donner de l’espace aux jeunes, aux régions, aux agriculteurs biologiques, à l’agriculture locale et aux paysans. C’est donc sur ces points précis que nous nous sommes attardés.

Pour télécharger le document : unionpaysanne.com/gestion-de-l-offre-2-0

 


 

Pièce-jointe :

Pour information :

Benoit Girouard
Président Union paysanne
450-495-1910

           

Maxime Laplante
Vice-président
418-926-2473

L’Union paysanne est un syndicat agricole et citoyen qui intercède auprès du gouvernement, des médias et de l’opinion publique pour promouvoir les intérêts de la paysannerie. Elle donne une place à tout ceux désireux de s’impliquer en faveur d’une agriculture et d’une alimentation paysanne. L’Union paysanne c’est… l’Alliance de la Terre et de la Table.