Articles

, , , , , , ,

Un livre indispensable pour la conservation des semences

Que vous soyez paysan, jardinière ou grande productrice, ce livre saura vous guider dans la conservation des semences. On y parle de presque chaque espèce, de ses particularités, difficultés et moyens de sélection et de conservation. Ça démystifie ce qu’à prime abord on croyait compliqué, et on se rend compte que la conservation des semences est à la portée de toutes et tous.

‘’Écrit pour des lecteurs débutants autant qu’experts, ce guida a été conçu pour la conservation des semences maison autant que pour la production commerciale à petite échelle. Si vous désirez apprendre à cultiver des variétés patrimoniales rares, que vous voulez économiser de l’argent en cultivant vos propres semences ou simplement en apprendre davantage sur les aspects les plus subtils de la semence et du jardinage, ce manuel est un excellent départ. On y retrouve, en plus de nombreux conseils utiles, une section pour les conservateurs chevronnés qui traite entre autre de la production de semences de cultures bisannuelles (betteraves, carottes, céleris, poireaux, etc.) et de la pollinisation manuelle.’’ Description du livre La conservation des semences – Guide de production à petite échelle, sur le site web de Semences du Patrimoine.

 

Ce livre vous enseignera des techniques de conservation des semences appropriées et vous évitera entre-autres l’erreur de laisser des variétés se croiser. Vous pourrez ainsi échanger des semences de qualité en toute confiance!

 

Pour vous procurer le livre, c’est par ici: https://semences.ca/sw8/web/livres

, , , , , ,

Une ressource précieuse pour conserver des semences

Ça y est: Vous êtes attiré par la conservation des semences, vous vous dites que vous êtes rendu là, vous comprenez l’incroyable importance de ce geste… mais vous êtes perdu face à l’apparente complexité de la chose?

Nous trouvons le site web du Réseau des Semences Communautaires (RSC) complètement génial, c’est une ressource en or mise sur pied par des passionnÉes des semences, et supporté par Sème l’Avenir et Seed Savers Exchange.

 

Pourquoi un réseau de semences communautaires?

Voici la réponse tirée de leur site web:

‘’Le Réseau des semences communautaires (RSC) existe pour faciliter la sauvegarde et le partage des semences. Il y a autant de raisons de sauver et partager des semences, qu’il y a de gens qui le font. Certaines personnes qui font partie du mouvement des semences communautaires sont des militants, c’est-à-dire qu’ils travaillent pour que les semences continuent d’appartenir au domaine public en s’approvisionnant, en échangeant et en partageant librement. D’autres sont des éducateurs, des organisateurs, des innovateurs ou des protecteurs de l’environnement, s’efforçant de former la prochaine génération de sauveurs de semences tout en aidant à protéger la biodiversité mondiale. D’autres encore sont des jardiniers amateurs, sauvant et partageant des semences pour préserver des traditions familiales ou culturelles, ou simplement pour le plaisir que cela leur procure.’’

Saviez-vous que le safran ne se reproduit pas par la graine, car sa fleur est stérile, mais par la division de son bulbe, appelé corme?

En adoptant une semence, vous ferez naturellement partie du grand réseau des semences communautaires!

 

https://www.communityseednetwork.org/resource

 

À vos semences!

, , , ,

Comment choisir une variété de semence à adopter?

La campagne Adopte une Semence a touché votre coeur? Vous avez envie de vous lancer dans l’expérience d’adopter une semence, même si la tâche vous paraît compliquée? Vous ne savez pas par où commencer? On vous guide ici en espérant vous orienter un peu!

 

1- Quelles plantes vous procurent le plus de bonheur à cultiver? Pour prendre soin d’une variété de semence, il faut absolument entretenir avec elle une relation d’amour, sinon vous allez l’oublier ou la négliger.

2- Dans quelle région êtes-vous? Nous vous conseillons de vous procurer votre variété auprès d’une petite semencière locale, dont les semences sont déjà adaptées à votre climat.

3- Si vous êtes débutantEs dans la conservation des semences, on vous conseille d’y aller avec des espèces plus faciles:  Amaranthe, aneth, arroche, asperge, basilic, cerise de terre, ciboulette, coriandre, dolique, épinard, haricot, laitue, mâche, oseille, persil, pois, radis, rhubarbe, roquette, tomate, tournesol.

le beau haricot grimpant Skunk

 

4- Dans quelle zone climatique êtes-vous situé? Conserver des semences de melon est une chose plus ardue sur la Côte-Nord qu’en Montérégie. Pensez-y!

5- Cet été, observez vos plantes au jardin, peut-être y trouverez-vous l’inspiration qui guidera la variété que vous allez semer l’an prochain? Peut-être allez-vous récolter des semences d’un légume que vous avez semé ce printemps? N’hésitez-pas à expérimenter!

, , , , ,

Comment participer à la Campagne ‘Adopte une Semence’?

On emboîte le pas à la campagne internationale Adopte une Semence de La Via Campesina. On souhaite inciter des personnes et des groupes de personnes à adopter une variété de semence, à la chérir et à s’engager à la replanter, année après année. C’est plus simple que vous ne le pensez, et on vous accompagne pas à pas!

 

1- Décidez si vous voulez adopter une semence seulE ou en groupe.

 

2- Si vous voulez le faire en groupe, trouvez vos alliéEs! Voulez-vous le faire en famille, avec un groupe d’amis, des collègues de travail, sur votre ferme? Parlez-en autour de vous.

 

3- Le plaisir commence: choisissez la variété! Commencez par une seule variété à conserver afin de ne pas avoir une tâche trop compliquée à accomplir. Qu’est-ce que vous appréciez particulièrement cultiver dans votre jardin?

une belle tomate mémé de Beauce

4- Envoyez-nous une photo de vous ou votre groupe avec vos semences, plants ou les fruits de votre récolte! On veut faire un bel album-photo familial de toutes ces semences adoptées! On veut connaître la variété que vous avez décidé de conserver.

5- N’oubliez-pas de bien les conserver, de les partager dans la communauté, et surtout de persévérer et de les ressemer! On vous tient au courant sous peu des ressources géniales et autres initiatives passionnantes sur les semences au Québec pour vous aider dans votre mission!

 

Téléphonez ou écrivez à Geneviève pour du support dans votre démarche: 579-700-0728, international@unionpaysanne.com

 

 

 

 

, , ,

Vidéo: L’importance de conserver ses semences au nord du 50e parallèle

Une de nos membres nous partage l’importance de conserver ses semences en Minganie, au nord du 50e parallèle. En contexte boréal, les semences du commerce sont souvent inadaptées à la courte saison fraîche et extrêmement ensoleillée de sa région. Geneviève Lalumière, passionnée des semences, entend bien travailler d’arrache pied avec sa communauté afin de populariser la pratique de conservation des semences.

 

 

Et vous, avez-vous des témoignages à nous faire part?

 

Toutes et tous ensemble pour la souveraineté alimentaire! Allez, adopte une semence!

, , , , ,

Lancement de la campagne Adopte une Semence

 

 

L’Union paysanne relance la campagne Adopte une Semence. Devant le constat accablant que des semences nutritives, locales, adaptées aux changements climatiques, aux variations saisonnières et aux maladies ont peu à peu disparues de nos champs et jardins, nous n’avons pas le loisir d’attendre que la situation empire encore plus.

Une diversité en érosion

On assiste depuis la Révolution Verte (qu’on qualifierait plutôt de grise…) à une érosion draconienne de notre diversité agricole. Au Canada, ça va jusqu’à 90% des variétés anciennes qui ont disparues pour laisser place aux hybrides et OGM de l’industrie…

Des gardiens et gardiennes pour les sauver
Pourtant, cachés dans leurs champs, des petites semencières et semenciers, maraîchères, meuniers et jardiniers s’affairent à semer, sélectionner et retrouver des semences paysannes anciennes afin de les réadapter au climat d’aujourd’hui dans l’espoir de les voir réintroduites dans les champs et jardins du Québec.

des haricots grimpants True Red Cranberry

Des droits aux Nations-Unies

N’oublions-pas que le droit « de conserver, d’utiliser, d’échanger et de vendre des semences de ferme ou du matériel de multiplication » est inscrit dans la Déclaration des Nations Unies pour les droits des paysans et paysannes, mais ce droit trop souvent bafoué reste encore à affirmer.

Un savoir-faire qui se perd
En plus de l’environnement légal et réglementaire national et international qui facilite l’accaparement des semences par l’industrie, nous avons observé que la conservation des semences est un art qui se pratique de moins en moins à la maison et dans les petites exploitations agricoles.

Des actions à poser
L’Union paysanne, inquiète de l’état des semences au Québec, entend accompagner la paysannerie et la communauté jardinière dans un effort collectif pour reprendre soin d’une des ressources les plus précieuses: nos semences, source de vie.

C’est le début de la version Québécoise de la campagne Adopte Une Semence, dans le mouvement amorcé par d’autres organisations paysannes dans le monde, unies au travers de La Via Campesina. Toutes et tous ensemble pour la souveraineté alimentaire des peuples!

 

Vous êtes en train de tuer le traité international des plantes

Par ce message, nous venons vous dire que vous êtes en train de tuer le Traité. Celui-ci organise désormais le vol de nos semences et de nos connaissances. Nous ne pouvons plus dans ces conditions continuer à les donner aux chercheurs et autres prospecteurs qui viennent les collecter dans nos champs pour les remettre aux banques de gènes du Traité.

Tant que vous n’aurez pas interdit tous les brevets biopirates, tant que les agriculteurs n’auront pas le droit de conserver, d’utiliser, d’échanger et de vendre les semences issues de leurs récoltes nous refuserons toute collaboration avec la recherche et les banques de gène qui se mettent au service des multinationales semencières.

Les graines qui sont conservées dans les banques de ressources génétiques du système multilatéral du Traité des plantes (TIRPAA) sont nos semences : héritage de nombreux siècles de sélections paysannes, elles ont été collectées dans nos champs.

Cependant l’accès aux semences de ces variétés paysannes nous est souvent refusé parce que nous ne sommes pas des chercheurs. Nous obtenons parfois quelques graines à condition de ne pas les utiliser pour nos productions agricoles : elles devraient uniquement être réservées pour la recherche. Nous constatons alors que leur état de conservation dans les chambres froides n’est pas bon et qu’elles nécessitent plusieurs années de nouvelle sélection avant de donner des récoltes dans les conditions de culture actuelles. Mais ceux d’entre nous qui font ce travail de sauvetage des ressources génétiques se voient interdire de les échanger ou de les vendre à d’autres paysans par les lois semencières de la plupart des pays membres du Traité .

Le Traité nous a promis un partage équitable des bénéfices réalisés par l’industrie qui utilise nos semences pour ses propres sélections. Après 10 ans nous n’avons rien vu venir, sinon un partage des avantages à l’envers. Les paysans ont donné les semences à l’industrie, l’industrie n’a rien payé et le peu d’argent donné par quelques gouvernements n’a pas été versé à des organisations paysannes, mais a servi à consolider les programmes des centres de recherche internationaux utiles à l’industrie.

Nous avons donné nos semences gratuitement aux banques de gènes et accepté que l’industrie s’en serve pour qu’elle sélectionne des variétés utiles. Mais lorsque nous utilisons ces variétés, les lois de la plupart de pays membres du Traité nous contraignent de payer des royalties ou nous interdisent d’utiliser les semences issues de nos propres récoltes en prétendant qu’elles sont la propriété de l’industrie.

Nous avons reçu nos semences de nos parents, nous les avons soignées avec attention, sélectionnées et conservées pour les remettre en bon état aux générations futures. Nous les avons données au Traité avec nos connaissances sur leurs caractères parce que nous avons toujours partagé le fruit de notre travail avec fierté. Nous pensions être protégés contre leur appropriation par les droits de propriété industrielle comme les droits d’obtention végétale et les brevets. Mais vous nous annoncez aujourd’hui que vous allez lancer le programme Divseek, afin de décortiquer les séquences génétiques des ressources contenues dans les banques de gènes pour les publier sur des bases de donnée électronique. Ce programme n’est pas fait pour nous, nous ne cultivons pas des séquences génétiques, ni des « bits » électroniques, et n’avons pas besoin de ces informations. Mais l’industrie, elle, a déjà programmé des moteurs de recherche et des logiciels pour repérer dans ces bases de données toutes les « informations génétiques » qu’elle pourra breveter par la suite en leur associant un caractère quelconque intéressant l’agriculture ou la transformation industrielle des récoltes. Ces brevets sur les « unités fonctionnelles d’hérédité » sont déjà autorisés dans plusieurs pays et permettront de nous interdire de continuer à cultiver nos semences, ces semences que nous avons données gratuitement aux banques de gènes du Traité.

Nous avons eu avec le Traité une période de dialogue. Mais malgré les décisions de l’Organe directeur à Bali en 2011 et à Oman en 2013, les espaces de dialogue se sont refermés, nous empêchant de participer d’une manière efficace et formalisée aux groupes de travail, aux consultations d’expert, dans la respect de notre autonomie organisationnelle. Les organisations paysannes qui sont au travail dans leurs champs pour mettre en œuvre concrètement l’article 5 et 6 du Traité sur la conservation in situ et l’utilisation durable des semences et faire avancer la lutte pour la mise en œuvre de l’article 9 sur les droits des agriculteurs, sont toujours considérées comme des « observateurs » au même titre qu’un universitaire ou un journaliste, alors que ce sont les premiers acteurs de la gestion des ressources génétiques des plantes cultivées défendue par le Traité ! L’industrie est par contre largement courtisée et impose peu à peu ses solutions.

Tant que le Traité ne voudra pas se réformer pour appliquer intégralement ses articles 5, 6 et 9, nous continuerons à construire notre propre système multilatéral d’échange entre paysans. Nous adressons un appel aux gouvernements de soutenir notre mouvement fondement de la souveraineté alimentaire.

 

Les signataires, 25 septembre 2015.

Mise à jour le 2015-10-02 (voir la liste mise à jour ici) :

{slider Signataires|closed}

Signataires, organisations paysannes ou jardinières

1. African Centre for Biodiversity, Afrique du Sud et Tanzanie
2. AJAC LUKAAL, l’Association des Jeunes Agriculteurs de Casamance « Plantons », Sénégal
3. All Nepal Peasants’ Federation ( toutes les fédérations paysannes népalaises)
4. ANAFAE, Asociación Nacional de Fomento a la Agricultura Ecológica, Honduras
5. ANAMURI, Asociación Nacional l de Mujeres Rurales e Indígenas, Chili
6. ANMI, Asamblea Nacional de Mapuches de Izquierda, Chili
7. ARI, Associazione Rurale Italiana, Italie
8. Articulação Rosalino de Povos e Comunidades Tradicionais do Norte de Minas, Brésil
9. Association des Producteurs de Semences Paysannes, Sénégal
10. Australian Food Sovereignty, Australie
11. BEDE ( Biodiversité : Echanges et Diffusion d’Expériences ), France
12. Bio Burkina Faso, Burkina Faso.
13. Biowatch Afrique du Sud.
14. Campaña Semillas de Identidad, Colombie.
15. CCPA, Cadre de Concertation des Producteurs d’Arachides du Sénégal.
16. CENESTA,Centre for Sustainable Development and Environment, Iran
17. COASP, Comité ouest africain des Semences Paysannes et l’ensemble de ses membres.
18. CODECEX, Comissão em Defesa dos Direitos das Comunidades Extrativistas, Brésil
19. Commons for EcoJustice, Malawi
20. CONAMURI, Cordinacion nacional de Mujeres rurales e indigenas,  Paraguay.
21. CONAPROCH, Confederación Nacional  de Pequeños Productores, Chili
22. Confédération Paysanne, France
23. COPACO-PRP, Confédération Paysanne du Congo, République Démocratique du Congo
24. Copagen, Coalition Ouest Africaine pour les Semences paysannes, Sénégal
25. Crocevia, Italie
26. Deccan Development Society, Pastapur, Telangana, Inde
27. ECVC, Coordination européenne Via Campesina
28. Fahamu Africa et le mouvement des femmes “ Nous sommes la solution”,  Afrique de l’Ouest
29. Family Farm Defenders, USA
30. Farmworker Association of Florida,  USA.
31. Ferme école Agroécologique Benkadibugu, Mali
32. FITA, Farmers inter trade association, Gambie
33. FOOL AVOINE, pour une biodiversité sans OGM ni brevet, France
34. GIPA (Groupement Inter villageois des Producteurs d’Arachides des Communes de Thiomby/Gandiaye), membre CCPA, Sénégal
35. International Indian Treaty Council (Conseil international du traité indien, ajoutant çi la mention des peuples et semences indigènes )
36. Grupo Semillas, Colombie
37. Jardín Botánico de Medellín, Equipo de Agricultura Urbana, Colombie
38. La Via campesina International
39. Landworkers’ Alliance , Royaume-Uni
40. MAB, Movimiento de Afectados por Reprezas, Brésil
41. MABD, Mouvement de l’Agriculture Biodynamique, France
42. MAELA, Movimiento Agroecologico de Latino America y Caribe, Mouvement agroécologique de l’Amérique latine et les Caraïbes
43. MMC, Movimiento de Mujeres Camponesas, Brésil
44. Millet Network of India, MINI, Hyderabad, India
45. MONLAR, Movement for Land and Agricultural Reform,  Sri Lanka
46. Movimento Geraizeiro, Brésil
47. MPA, Movimento dos pequenos agricultores, Brésil
48. MST, Movimiento Sim Tierra, Brésil
49. National Fishworkers’ Forum, Forum national des pêcheurs, Inde.
50. National Movement for Protection of Seed Rights, Sri Lanka.
51. Organización Boricuá,  Porto Rico
52. Ranquil, Confederación Nacional Campesina  y de Pueblos originarios, Chili
53. RECAB  ANTIOQUIA,  red Colombiana de Agricultura Biológica, Colombie
54. Red Nacional de Semillas Nativas y Criollas (réseau national des semences natives et créoles),  Uruguay
55. Red de Semillas Campesinas, Argentine
56. Rede de Agrobiodiversidade do Semiárido Mineiro, Brésil
57. Redes de semillas campesinas (RSC), Columbie
58. Red de Semillas Libres, Colombie
59. Red de Semillas « Resembrando e Intercambiando », Espagne
60. RESACIFROAT, Réseau d’Appui à la Citoyenneté des Femmes Rurales d’Afrique de l’Ouest et du Tchad
61. Réseau Maghrébin d’Association de Développement Local en milieu Rural, « REMADEL »
62. Réseau Semences Paysannes (RSP), France
63. Rete Semi Rurali, Italie
64. SEED, Som fir d’Erhalen an d’ Entwécklung vun der Diversitéit, Luxembourg
65. Stop OGM Pacifique, Nouvelle Calédonie
66. TORBA, association d’agroécologie, Algérie
67. Union Paysanne, Canada.
68. Urgenci International Community Supported Agriculture network
69. US Food Sovereignty Alliance, USA
70. Vazanteiros em Movimento, Brésil
71. World Forum of Fisher Peoples
72. Zimbabwe Smallholder Organic Farmers Forum, Zimbabwe.

{slider Soutiens}

1. AFRD – EUFRAS, Association for Farmers Rights Defense, Association pour la Défense des droits des Paysans, Georgie
2. ADAAE-ASE, France
3. AHCC, Alianza Hondureña de Cambio Climático, Honduras
4. Alkhalachofa, grupo de consumo responsable, Alcala de Henares, Espagne
5. ALTERRATIVE project, Italie
6. Amigos de la Tierra, Argentine
7. Articulação Nacional de Agroecologia – ANA/Brésil
8. Assembleia Permanente de Entidades em Defesa do Meio Ambiente do Rio Grande do Sul- APEDEMA/Brésil
9. Associação Brasileira de Agroecologia-ABA/Brésil
10. Associação Brasileira de Estudantes de Engenharia Florestal-ABEEF/Brésil
11. Associação Gaúcha de proteção ao Ambiente Natural-AGAPAN/Brésil
12. Association pour le Développement Durable « ADD- Medenine », Tunisie
13. Association pour le Développement Global des Batwa, Rwanda
14. ATALC, Amigos de la Tierra América Latina y el Caribe
15. Burkinature, Burkina Faso
16. CEHPRODEC, Centro Hondureño de Promoción al Desarrollo Comunitario, Honduras
17. CEIBA-Amigos de la Tierra Guatemala
18. CENSAT-Amigos de la Tierra,  Colombie
19. CESTA-Amigos de la Tierra, Salvador
20. Centro Ecológico/Brésil
21. Chile Sustentable, Chili
22. CMI, Conselho Missionário Indigenista, Brésil
23. COECOCEIBA-Amigos de la Tierra,  Costa Rica
24. Comissão Pastoral da Terra-CPT/Brésil
25. Community Alliance for Global Justice, Seattle WA, USA
26. CONROA, Coalición nacional de Redes y organizaciones Ambientales, Honduras
27. Detroit Black Community Food Security Network, USA
28. Diverse Voices and Action for Equality, Fiji
29. Doman chalosse vivante, France.
30. Enda Pronat, Sénégal
31. EsAFF SWAZILAND-CIEAS.
32. Esvit-ONG, Espoir et vie pour Tous, République Démocratique du Congo
33. Federação de Órgãos para Assistência Social e Educacional- FASE/Brésil
34. Federação dos Estudantes de Agronomia do Brasil-FEAB/Brésil
35. FIAN,  Colombie
36. FIMARC,Fédération Internationale des Mouvements d’Adultes Ruraux Catholiques
37. Food First, USA
38. Foodwatch Western Australia
39. Foro Ambiental Santiagueño, Argentine
40. Friends of the Earth International
41. Fundação Luterana de Diaconia – FLD/Brésil
42. Gene Ethics, Australie
43. GM-Free Australia Alliance, Australie
44. Instituto Gaúcho de Estudos Ambientais – Ingá/ Brésil
45. IRPAD/Afrique, Institut de Recherche et de Promotion des Alternatives en Développement,  siège Mali.
46. JINUKUN : Réseau national pour une gestion durable des ressources génétiques , Point focal de la COPAGEN, Bénin
47. MADGE, Australie
48. MADRE TIERRA-Amigos de la Tierra, Honduras
49. Núcleo de Cultura e Extensão PTECA da ESALQ/Universidade de São Paulo- Brésil
50. NAT-Amigos de la Tierra, Brésil
51. Núcleo Interdisciplinar de Agroecologia em Rede/Agrorede-UFBA/Brésil
52. OTROS MUNDOS-Chiapas/Amigos de la Tierra, Mexique
53. Pacific Partnerships on Gender, Climate Change and Sustainable Development, Coalition régionale Pacifique
54. REDES-Amigos de la Tierra, Uruguay
55. SOBREVIVENCIA-Amigos de la Tierra,  Paraguay
56. Sociedade Brasileira de Etnobiologia e Etnoecologia – SBEE/Brésil
57. SOLIDARITÉ, France
58. Southern Action on Genetic Engineering, Hyderabad, Inde
59. Terra de Direitos/Brasil
60. Terra Nuova ONLUS, Italie
61. UK Food Group, Royaume-Uni
62. Vía Orgánica, Mexique
63. Voices for Earth Justice, USA
64. Watershed Systems Foundation, Asie-Océan

{slider Soutenir}

Pour signer ou soutenir ce message merci de renvoyer le nom de votre organisation à :

Mauro Conti : secrétariat, International Planning Committee for Food Sovereignty : ipc-cip@foodsovereignty.org

Émilie Lapprand : Réseau Semences Paysannes français : emilie@semencespaysannes.org

Pour en savoir plus

{/sliders}

 

Formation sur la production de semences

Formation de paysan à paysan. Inscrivez-vous rapidement. Formation sur comment produire vos semences mercredi le 9 septembre. En suivant cette formation d’une demi-journée, vous serez en mesure de produire vos propres semences!

Après un survol de la culture des plantes-mères et de la récolte de celles-ci, vous apprendrez à nettoyer les semences. Une fois ces étapes franchies, Daniel, votre formateur, parlera de la conservation et l’entreposage des semences.

Mercredi le 9 septembre de 13h00 à 16h30 À la ferme Coop Tournesol  1025 ch. St-Dominique, Les Cèdres.

Pour en savoir plus

 

Célébrons l’arrivée du printemps avec la 11e édition de la Fête des Semences de Lanaudière !

C’est avec la collaboration de plusieurs organismes, entreprises, producteurs agricoles et citoyen(ne)s qu’est présentée l’édition 2015 de la Fête des Semences de Lanaudière. Un événement annuel ayant pour thème la sauvegarde des semences et espèces végétales du patrimoine, qui se tiendra comme toujours à l’orée du printemps.

Juste au bon moment pour permettre aux jardiniers d’échanger et de se procurer ce qui leur faut de semences pour bien partir la saison des cultures. Un événement incontournable qui nous réchauffe le cœur quand l’hiver tire à sa fin.

Plus de 50 entreprises de la région participent à l’événement à titre d’exposants ou commanditaires. Les meilleurs semenciers québécois seront présents, des producteurs et artisans agroalimentaires de la région, ainsi que plusieurs organismes œuvrant dans le domaine de l’agriculture, l’alimentation et l’environnement viendront complémenter notre marché public.  Sont attendus plus de 1000 visiteurs provenant de partout dans Lanaudière mais aussi de Montréal, de la Mauricie et des Laurentides.

Avis aux gourmands et fines bouches, cette année encore, nous serons en mesure d’offrir gratuitement aux visiteurs un buffet du terroir régional. Ceci est rendu possible grâce à la grande générosité de nos commanditaires et à nos bénévoles. Une table d’échange de semences est organisée sur place. La journée sera agrémentée de plusieurs conférences et se terminera par une soirée en musique.

Cette fête de la biodiversité et du terroir régional est aussi un espace convivial où échanger trucs et conseils avec d’autres passionné-e-s, amateurs ou experts, d’agriculture, d’agroforesterie et d’écologie. Sans oublier la chance de pouvoir découvrir notre terroir et d’acheter sur place des produits régionaux et bien sûr, des semences!

Bref, voici l’occasion de vous amuser en famille et d‘agrémenter l’hiver en se préparant au printemps qui arrive! Ne manquez pas ce rendez-vous le samedi 7 mars 2015 à la salle Jean-Antoine Leprohon à Sainte-Émélie-de-L’Énergie. Dimanche le 8 mars, c’est un après-midi Conférence et dégustation sur les comestibles sauvages à l’Auberge La P’tite Verte qui est proposé.

 

La Fête des Semences de Lanaudière 2015, 11e édition

Samedi 7 mars : Marché public festif et Soirée musicale ave le groupe KEBEKO
Salle Jean-Antoine Leprohon à Sainte-Émélie-de-L’Énergie

Dimanche 8 mars : Conférence et dégustation
Auberge La P’tite Verte à Sainte-Émélie-de-L’Énergie

Visitez le site internet pour la programmation complète et la liste des exposants! www.fetesemenceslanaudiere.org

Semences - Capsule 3

Défendre la culture, l’innovation et les savoir-faire paysans

La situation politique actuelle en agriculture au Québec ne permet pas de réelle innovation et favorise les plus gros au détriment de la vraie agriculture à échelle humaine que nous appelons également « paysanne ».

 

 

 

{source}
<iframe width= »560″ height= »315″ src= »//www.youtube.com/embed/bfmZmNTnmXM » frameborder= »0″ allowfullscreen></iframe>
{/source}

 

Production : Union paysanne. Caméra et montage : Catherine Gallichand. Musique : Promise Land.

Voir cette vidéo sur Youtube : http://youtu.be/bfmZmNTnmXM