Articles

Soyez subversif… jardinez!

Au Québec, comme dans beaucoup de pays riches, me croiriez-vous si je vous disais que rien n’est plus subversif que de faire son jardin ou élever quelques animaux? Ça l’est peut-être encore plus au Québec qu’ailleurs. Alors qu’il n’y a rien de plus fondamental que la capacité de produire sa nourriture, le Québec est un peu le rideau de fer d’Amérique du Nord. Pourquoi? Lire la suite

L’Union paysanne portneuvoise présente : La ferme impossible

La Ferme Impossible Connaissez-vous la «Ferme impossible» ?

Ce genre de fermette diversifiée qui existe un peu partout dans le monde, vendant oeufs, lait, poulets, et qui pourrait donner un sérieux vent de fraicheur à nos milieux ruraux Québécois. Mieux vaut parler au conditionnel, car il semble en effet que ce type d’agriculture n’a pas sa place au Québec.

La section portneuvoise de l’Union paysanne souhaite donc lancer le débat en organisant une soirée conférence avec comme invité Dominic Lamontagne qui viendra nous en dire plus sur son projet agricole qui s’est révélé impossible. Quel type de ferme veut-on au Québec ? Quelle législation nous faut-il alors ? Qui peut actuellement produire et de quelle manière ? Quelques questionnements parmi tant d’autres qui pourraient être soulevés lors de cette soirée.

 

La Ferme Impossible Union paysanne 14 avril 2014L’UNION PAYSANNE PORTNEUVOISE PRÉSENTE « LA FERME IMPOSSIBLE »

Conférence de Dominic Lamontagne suivie d’une période d’échange avec le public lundi le 14 avril à 19h30.
Lieu : La Taverne, 365 Rue Tessier Est Saint-Casimir, QC G0A 3L0t
Coût d’entrée: 5$
Information : Lien vers l’événement Facebook

 

 

Sept questions sur les enjeux agricoles pour les partis politiques

Lachute, samedi 15 mars 2014 Depuis maintenant 12 ans, l’Union paysanne porte la voix des agriculteurs, des paysans et de la population en faveur d’une agriculture et d’une alimentation à échelle réellement humaine.

Toute campagne électorale est un moment privilégié pour sonder les différents partis sur leurs positions et les engagements qu’ils sont prêts à prendre. Mais, étrangement, il est rare d’entendre parler d’agriculture et d’alimentation même si celles-ci représentent une part importante de l’économie du Québec. L’Union paysanne estime donc pertinent de soumettre aux partis politiques 7 questions à saveur agricole et alimentaire.

En effet, afin de bien comprendre où se situe chaque parti politique en matière d’agriculture et d’alimentation, l’Union paysanne leur demande de répondre à 7 questions qui couvrent une partie des intérêts des agriculteurs et de la population québécoise. Leurs réponses seront dévoilées lors du Conseil national de l’organisation à St-Hyacinthe le 29 mars prochain.

Nous les invitons donc, dès maintenant, à mettre les enjeux agricoles, de forêt, de ruralité et d’alimentation au cœur de cette campagne… électorale.

 

Questions
  1. À l’heure actuelle, le Canada permet la vente de fromages de lait cru importés qui sont soumis à des exigences inférieures que celles auxquelles les fromages de lait cru québécois sont soumis. Quels engagements votre parti est-il prêt à prendre pour remédier à cette situation inéquitable et favoriser la liberté de production des fromagers québécois?
  2. Quels engagements votre parti est-il prêt à prendre pour assurer la liberté d’association aux producteurs agricoles du Québec et garantir le pluralisme syndical comme dans tous les autres secteurs d’emploi au Québec?
  3. Quels engagements votre parti est-il prêt à prendre pour permettre aux Québécois qui le désirent d’avoir une production supérieure à 99 poulets, comme c’est le cas dans les autres provinces canadiennes où la limite permise varie de 500 à 2000?
  4. Quels engagements votre parti est-il prêt à prendre pour augmenter la production biologique au Québec?
  5. Quels engagements votre parti est-il prêt à prendre en matière d’étiquetage des OGM sachant que cette question fait l’objet d’une quasi unanimité chez les Québécois?
  6. Quels engagements votre parti est-il prêt à prendre afin de favoriser la relève agricole, qu’elle soit familiale ou non?
  7. Quels engagements comptez-vous prendre afin d’augmenter les achats institutionnels de produits du Québec malgré les accords de l’ALENA?

 


 

Pièce-jointe :

com-up_2013-03-15_Questions_Elections.pdf

Pour information :

Benoit Girouard
Président Union paysanne
450-495-1910

           

Maxime Laplante
Vice-président
418-926-2473

L’Union paysanne est un syndicat agricole et citoyen qui intercède auprès du gouvernement, des médias et de l’opinion publique pour promouvoir les intérêts de la paysannerie. Elle donne une place à tout ceux désireux de s’impliquer en faveur d’une agriculture et d’une alimentation paysanne. L’Union paysanne c’est… l’Alliance de la Terre et de la Table.

 

Poulets en basse cour.

Il est temps de reprendre notre garde-manger

Poulets en basse cour. Vous aimeriez produire plus de 100 poulets de chair? Plus de 100 poules pondeuses? Idem pour le dindon? Du lapin sans PPA? Vendre à la ferme ou en circuits courts, librement? Exactement comme le recommande le rapport Pronovost? L’Union paysanne le demande et pense qu’il est temps d’agir.

La mise en marché collective doit être réformée afin de donner de la place aux paysans. La mainmise de l’UPA sur notre garde manger a miné la souveraineté alimentaire et la diversification agricole de nos régions. Cela sans compter les milliers d’agriculteurs et de ruraux harcelés, poursuivis et pointés du doigt comme des contrevenants d’un système injuste.

Nous constituons donc une banque de nom des personnes qui souhaitent produire hors quota dans l’avenir, et qui ne peuvent le faire en ce moment. Écrivez-nous à l’adresse suivante:  «paysanne@unionpaysanne.com» en nous donnant votre nom complet, courriel, téléphone, ville, et en spécifiant la ou les productions qui vous intéressent.  Si vous souhaitez vous impliquer également dans nos actions faites nous le savoir.

Vos coordonnées resteront confidentielles et nous permettront de préparer des actions avant la fin de l’année. Il est temps de reprendre notre autonomie et de mettre fin aux cartels qui nous oppriment.