Articles

Recherche d’un gérant pour ferme porcine

viandes-rheintalLa Ferme Rheintal, un membre Union paysanne, est à la recherche d’un gérant pour sa ferme porcine située à Ste-Monique de Nicolet. Consultez l’offre d’emploi. Il y a aussi possibilité pour ce gérant d’investir dans l’entreprise et ainsi de prendre part au développement de l’une des belles fermes dynamiques en productions animales biologiques au Québec. Partagez cette offre autour de vous.

Pour en savoir plus

couvgestionoffre 200

L’Union paysanne relance le Centre paysan

Après quelques années en couveuse, le temps est venu pour le Centre paysan de reprendre son envol. Il renaîtra comme coopérative de solidarité afin de « regrouper les personnes intéressées par les savoir-faire paysans et artisans, l’agroécologie, la polyculture, l’agroforesterie et la souveraineté alimentaire, afin d’en favoriser le développement au Québec par la formation, la recherche et la diffusion de matériel didactique. »

L’analyse actuelle du milieu agricole québécois permet de constater qu’une nouvelle agriculture lève ici comme ailleurs. Du même souffle une plus grande conscientisation de l’assiette fait également son chemin. L’Union paysanne souhaite donc mobiliser autour du Centre paysan tout ceux et celles qui se préoccupent d’une révolution agricole et alimentaire au Québec. Le Centre paysan sera au cœur du retour des paysans et des artisans!

La relance du Centre se fera petit à petit. Afin de vous mettre en appétit, l’Union paysanne rend publique gratuitement, sur son site internet, deux documents publiés par le Centre paysan.

  • porc alternatif centre paysan 200TéléchargerÉlevage du porc au Québec Regard sur les approches alternatives

    Cette publication est le fruit d’une collaboration avec la FIBL, un des plus grands centres de recherche en agriculture biologique, située en Suisse. (2005)

 

  • couvgestionoffre 200Télécharger Gestion de l’offre au Québec

    Publication qui vulgarise et analyse la gestion de l’offre et les plans conjoints au Québec. (2006)

 

Suivez-nous sur notre page FB et par la Chronique du paysan afin de connaitre les développements.

 

GM-Free-Pig_button

Le porc génétiquement modifié est mis en veilleuse

GM-Free-Pig_button Une coalition de groupes de citoyens exhorte Ottawa à refuser d’autoriser les animaux génétiquement modifiés destinés à la consommation humaine.

Ottawa, le 2 avril 2012 – Aujourd’hui, le Réseau canadien d’action sur les biotechnologies (RCAB) et Vigilance OGM se réjouissent d’apprendre que l’Université de Guelph (Canada), qui travaillait à la mise au point du controversé porc génétiquement modifié (GM) appelé Enviropig, a décidé de renoncer à la recherche active sur ce qui aurait pu devenir le premier animal génétiquement modifié destiné à la consommation humaine à être autorisé au monde.

Selon le journal Ontario Farmer, le groupe Ontario Pork de l’industrie porcine a décidé de cesser de financer la recherche sur le porc génétiquement modifié. Privée de ce financement, l’université aurait mis en veilleuse son programme de sélection des porcs GM.

« Il n’y a pas de demande ni de besoin pour les animaux génétiquement modifiés. Le gouvernement fédéral devrait cesser d’accepter les demandes d’autorisation concernant les animaux GM destinés à la consommation humaine », a indiqué Lucy Sharratt du RCAB, une coalition rassemblant 18 groupes qui ont fait campagne afin d’empêcher l’approbation des porcs GM destinés à la consommation. « L’Université de Guelph devrait maintenant retirer la demande d’autorisation qu’elle a faite auprès de Santé Canada et ne pas poursuivre sur la voie de la commercialisation. Il est temps de mettre fin à toute tentative visant à mettre des animaux GM sur le marché. »

Le porc Enviropig a été conçu en laboratoire à partir de matériel génétique issu d’une souris afin de réduire la quantité de phosphore dans ses excréments. L’Université de Guelph a amorcé ses recherches sur le porc GM en 1995 et a fait une demande d’approbation en matière d’innocuité alimentaire auprès des autorités du Canada et des États-Unis en 2009. Alors que le Canada approuvait la reproduction des porcs GM en février 2010, aucun gouvernement n’a approuvé la vente du porc Enviropig à des fins de consommation humaine, et aucun porc GM n’a été commercialisé.

« Il est évident que les consommateurs ne veulent pas manger de la viande d’animaux GM; nous sommes donc soulagés que le projet soit mis en veilleuse. Si la mise en marché du porc GM avait été autorisée, les consommateurs auraient évité de manger du porc, mentionne Paul Slomp, vice-président des jeunes de la National Farmers Union. « Ce porc GM, que l’on peut considérer comme un fiasco, aurait pu nuire de manière permanente aux marchés national et international du porc. »

Le RCAB et Vigilance OGM concentreront dorénavant leur attention sur un autre problème: un saumon de l’Atlantique GM ferait actuellement l’objet d’une procédure d’évaluation par le gouvernement canadien. Les ministères chargés de la réglementation refusent de dire aux Canadiens s’ils évaluent ou non ce poisson GM en vue de l’approuver.

Information: Lucy Sharratt, (en anglais) 613 241 2267, poste 25; Paul Slomp, National Farmers Union, (en anglais) 613 898 9136 ; Christine Gingras, Nature Québec, (pour Vigilance OGM), 418-648-2104, poste 2051; Charles Tanguay, Union des consommateurs; cell.: 514 743 0419