Articles

Cet été… Je recrute deux membres!


Nous sommes de plus en plus nombreux à questionner ce que sont devenues agriculture et nourriture: pesticides, herbicides,  antibiotiques, hormones, OGM, standardisation et industrialisation.

Changer le visage de l’agroalimentaire québécois afin qu’il réponde aux aspirations de la population doit être une priorité et cela passe par une alliance de la Terre et de la Table.

L’Union paysanne est cette alliance.

Elle regroupe des agriculteurs et des citoyens qui veulent bâtir des alternatives au modèle industriel alimentaire et agricole.

L’Union Paysanne tente non seulement d’améliorer les écosystèmes à la ferme, mais aussi les conditions de vie des paysans. Elle agit de la Terre à la Table.

Vous êtes membre? Alors pourquoi ne pas en recruter un autre? Ou deux? Ou cinq? L’adhésion n’est que de 20$.Comment nous aider? Cet été, c’est l’occasion pour devenir encore plus nombreux. Que feriez-nous si nous étions 5000, 10 000 à faire pression sur le gouvernement pour réclamer des changements? Quelles seraient vos priorités?

Nous lançons donc un concours pour stimuler votre intérêt. Chaque membre qui en aura trouvé deux autres aura 1 billet de tirage pour notre concours.  Celui qui trouve un agriculteur et un citoyen en aura 2.

Le concours se termine le 15 août.

 


 

1er prix

  • Bon d’achat de 150$ à la Ferme Rheintal (Porc, bœuf, veau, etc.)
  • Bon d’achat de 50$ chez Aliksir, producteur d’huiles essentielles biologiques.
  • Bon d’achat de 25$ à la Fromagerie du Presbytère
  • 1 kg d’ail et herbes séchées de  la Plantation Amérindienne Siwi (valeur de 50$)
  • Bon d’achat de 30$ à la Ferme Cadet Roussel
  • 1 exemplaire « La culture écologique pour petites et grandes surfaces » par Yves Gagnon
  • 1 exemplaire « Flore printanière » par Gisèle Lamoureux

 


 

2e prix

  • Bon d’achat d’une valeur de 50$ chez TerroirsQuébec, la boutique du terroir en ligne
  • Bon d’achat de 25$ chez la fromagerie du Presbytère
  • 1 canard de Barbarie de la ferme Plumes et Légumes
  • 1 exemplaire « Flore printanière » par Gisèle Lamoureux
  • 1 exemplaire « La culture écologique des plantes légumières » par Yves Gagnon

 


 

Pour participer

Retourner ce formulaire avec le paiement à l’adresse ci-dessous :

Union Paysanne, C.P. 899, Succ. Bureau Chef, Lachute, Qc, J8H 4G5
Tél. : 450-230-5046
Courriel : paysanne@unionpaysanne.com
Site web : www.unionpaysanne.com

 

L’UNION PAYSANNE…. C’EST POUR QUI?

L’Union paysanne est un syndicat agricole citoyen en ce sens il regroupe tous les agriculteurs qui favorisent l’agriculture, la pêche et la foresterie paysannes et les citoyens qui veulent bien les appuyer.

En étant membre de l’Union paysanne vous pourrez vous impliquer dans votre conseil régional et participer au développement d’un mouvement unique qui change les choses.

Vous recevrez également la Chronique du paysan par courriel qui relate l’actualité agricole et vous permettra de suivre le mouvement.

Vous voulez devenir membre de l’Union paysanne rien de plus facile…

En ligne: http://www.unionpaysanne.com/adhesion

Inscription par la poste : Vous pouvez imprimer le formulaire d’adhésion et l’expédier avec votre paiement au siège social. Votre carte de membre vous sera envoyée par la poste. http://www.unionpaysanne.com/images/stories/Doc/2015/Formulaire-Adhesion-2015.pdf

Inscription au téléphone (par carte de crédit): Vous pouvez devenir membre dès aujourd’hui en téléphonant au 450-774-7692. Si vous accéder au répondeur laissez votre message et nous vous rappellerons le plus rapidement possible.

Semenciers

Jardins de l’Écoumène VS Union des producteurs agricoles

Situés en zone blanche et ne détenant pas le statut de producteurs agricoles, les semenciers biologiques des Jardins de l’Écoumène entendent faire de la poursuite de l’UPA pour non-paiement de cotisation syndicale dont ils font l’objet, une contestation plus large du régime monopolistique agricole québécois.

Depuis 1972, l’Union des producteurs agricoles (UPA) détient un monopole syndical en agriculture au Québec. Depuis 40 ans, des milliers de producteurs agricoles québécois demandent de pouvoir adhérer librement au syndicat de leur choix, sans pour autant trouver écho à leur demande maintes fois répétée. En fait, les producteurs en zone verte (agricole) sont liés à la gorge par la Loi 85 de 1995 qui fait du paiement de la cotisation syndicale à l’UPA une des conditions d’admission au programme de remboursement de taxes foncières. Situés en zone blanche et ne détenant pas le statut de producteurs agricoles, les semenciers biologiques des Jardins de l’Écoumène entendent faire de la poursuite de l’UPA pour non-paiement de cotisation syndicale dont ils font l’objet, une contestation plus large du régime monopolistique agricole québécois.

Parmi les rares semenciers biologiques au Québec

Depuis ses débuts en 2001, la mission de l’entreprise Les Jardins de l’Écoumène consiste à concevoir un habitat humain et viable à long terme pour fournir de façon durable les aliments, l’énergie et les autres besoins essentiels, le tout en respectant le bon fonctionnement des écosystèmes naturels. L’adoption d’une éthique basée sur la permaculture, qui accorde une importance centrale au soin de la terre et des gens ainsi qu’à la distribution des surplus, inspira grandement Jean-François Lévêque et Guylaine St-Vincent à agir de façon réfléchie et durable en travaillant avec la Nature plutôt que contre elle. Une fois ces bases amorcées, l’idée et la passion de produire des semences du patrimoine biologiques leur sont apparues indubitables. Plus de 12 ans se sont écoulés depuis leurs débuts et ils continuent, encore aujourd’hui, à faire prospérer les Jardins de l’Écoumène selon des axes écologiques et économiques.

Historique des événements

À l’été 2010, l’UPA s’est manifestée à Jean-François et Guylaine par une visite et par une série d’avis de cotisation. Le 11 juin 2010, la fédération de l’UPA de Lanaudière leur impose de s’inscrire à la liste des producteurs agricoles. Le 20 août 2010, ils envoient une lettre de refus de cotisation à l’UPA, dénonçant leur non-respect du libre-choix d’association tel qu’inscrit dans la Charte canadienne des droits et libertés. Suite à la réception d’une mise en demeure, ils envoient une seconde lettre à l’UPA le 24 novembre 2012. Le 24 octobre 2012, ils reçoivent une mise en demeure pour cotisation impayée, dont la somme s’élève à 2266,25 $ pour les années 2010 à 2012 inclusivement. Le 1er novembre 2013, à la Cour des petites créances de Joliette, le juge Borduas a entendu l’UPA, représenté par Denis Roy, contre Jean-François Lévesque et Guylaine St-Vincent. Le juge a décidé de suspendre sa décision jusqu’à ce que la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec (RMAAQ) tranche sur le statut de producteur des semenciers. Jean-François et Guylaine assumeront leur propre défense devant la Régie des marchés agricoles le 23 avril 2014.

Comparution à la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec (RMAAQ)
Les semenciers n’ont ni «statut de producteur» ni numéro d’enregistrement ministériel (NIM). Pourtant, l’UPA leur réclame 2266,25$ de prélevés syndicaux pour les années 2010-2012. Comment l’UPA a-t-elle obtenu les informations des semenciers? C’est ce que Jean-François Lévêque entend éclaircir en interrogeant des représentants du MAPAQ et de l’UPA lors de l’audience publique à la RMAAQ le 23 avril prochain.

 

Capsules vidéo avec Jean-François Lévêque :

Les Jardins de l’Écoumène devant la Régie des marchés agricoles et alimentaires
La production de semences: ses défis et son importance
Pourquoi soutenir les agriculteurs dans leurs luttes juridiques (à venir)

Communiqués :

L’UPA traîne un producteur biologique en justice pour qu’il adhère de force à son organisation
Les Jardins de l’Écoumène devant la Régie des marchés agricoles et alimentaires

Capsules vidéo sur les entraves à la liberté d’association au Québec :

Capsule 1 – Poursuite par l’UPA contre un agriculteur biologique
Capsule 2 – Libre d’être membre de l’UPA, ou pas?

Capsule 3 – L’UPA : 40 ans de mainmise et de monopole sur l’agriculture du Québec
Capsule 4 – Le remboursement de taxes foncières agricoles
Capsule 5 – Une loi injuste et dépassée

 

capsule2 liberte-association

Capsule 2 – Libre d’être membre de l’UPA, ou pas??

La liberté d’association n’existe pas vraiment au Québec. C’est là toute la subtilité du fonctionnement inféodé par l’UPA. Pas obligé d’être «membre», mais obligé de cotiser 350$, 700$ voire 1000$ selon le nombre propriétaires de la ferme.

Les entraves sont si nombreuses lorsqu’on n’est PAS membre de l’UPA (pas de retour de taxes, difficulté d’accès aux services et programmes du gouvernement, etc.) qu’on en arrive à se demander sérieusement s’il y a vraiment une liberté en matière d’adhésion syndicale en agriculture au Québec.

 

{source}
<iframe width= »560″ height= »315″ src= »//www.youtube-nocookie.com/embed/u1dFxuBCigI » frameborder= »0″ allowfullscreen></iframe>
{/source}

 

Comment une organisation alternative de représentation en agriculture pourrait-elle exister au Québec et se financer alors que même les petites fermes paysannes déclarant pas moins de 5000$ par année en ventes doivent d’abord débourser leur cotisation à l’UPA?

On en demande beaucoup trop aux petits producteurs et on leur en donne trop peu. C’est la raison d’être de l’Union paysanne de défendre la ferme familiale, la ferme diversifiée, la ferme paysanne, la ferme écologique.

Nous entendons faire valoir la place de la paysannerie dans le paysage agricole du Québec, venez nous appuyer le 1er novembre prochain au Palais de Justice de Joliette dans la cause de Jean-François Lévesque et Guylaine St-Vincent!

 

Lien de la vidéo : http://youtu.be/u1dFxuBCigI

« Capsule précédente | Capsule suivante »

 


 

Voir aussi :