Articles

Hors-quota : l’Union paysanne passe à l’action

Productions hors-quota

Les 4 productions visées pour le hors-quota sont : oeufs, lait, dindon, poulet.

L’Union paysanne vient de déposer à la Régie des marchés agricoles et agroalimentaire du Québec une première demande pour hausser le hors-quota dans le poulet à 2000 oiseaux au lieu de 100 actuellement.

Nous interviendrons également dans les prochains mois afin de demander à la RMAAQ que le hors-quota dans le dindon passe à 300 (au lieu de 25), et à 300 pondeuses pour les oeufs (au lieu de 100). Nous demanderons aussi qu’un hors-quota de 50 litres soit établi dans le lait comme en Alberta. Évidemment pasteurisé.

Vous aimeriez avoir le droit de produire l’une de ses productions ou plusieurs maintenant ou dans quelques années? Écrivez nous à l’adresse : paysanne@unionpaysanne.com en envoyant votre nom, nom de ferme, adresse et là où les productions que vous ciblez.

Pas besoin d’être membre de l’Union paysanne. Déjà plusieurs membres autant de la CAPÉ que de la Fédération de la Relève agricole ont donné leur nom. Déjà 120 fermes se sont inscrites en 10 jours. Si vous nous avez déjà fait parvenir vos informations, simplement ignorer ce message. N’hésitez pas à partager autour de vous. Réseaux sociaux, courriels, etc. 

GO-2-0-Couverture m

Produire hors-quota et gestion de l’offre

L’Union paysanne vient de lancer un document qui, en fait, se veut une démarche afin de rénover le système de gestion de l’offre.

http://bit.ly/15NtLv5

Notre premier mandat en regard des propositions contenues dans nos travaux sera de travailler à faire augmenter le hors-quota dans le secteur des oeufs, du poulet, du dindon et du lait.

Nous ciblons les niveaux des provinces de l’Ouest. (voir tableau page 20).

Si nous réussissons ce travail, ce serait une petite révolution pour les fermes de proximités, biologiques, de créneaux à travers le Québec. Nous y mettrons toutes nos énergies et celles que vous accepteriez de nous prêter. Si jamais vous êtes intéressé à produire hors-quota dans l’éventualité où il augmenterait, envoyez-nous votre nom, nom de ferme s’il y a lieu, téléphone et les productions que vous feriez.

 

 

Quelques articles sur le web, pour en savoir plus :

 

L’Union paysanne portneuvoise présente : La ferme impossible

La Ferme Impossible Connaissez-vous la «Ferme impossible» ?

Ce genre de fermette diversifiée qui existe un peu partout dans le monde, vendant oeufs, lait, poulets, et qui pourrait donner un sérieux vent de fraicheur à nos milieux ruraux Québécois. Mieux vaut parler au conditionnel, car il semble en effet que ce type d’agriculture n’a pas sa place au Québec.

La section portneuvoise de l’Union paysanne souhaite donc lancer le débat en organisant une soirée conférence avec comme invité Dominic Lamontagne qui viendra nous en dire plus sur son projet agricole qui s’est révélé impossible. Quel type de ferme veut-on au Québec ? Quelle législation nous faut-il alors ? Qui peut actuellement produire et de quelle manière ? Quelques questionnements parmi tant d’autres qui pourraient être soulevés lors de cette soirée.

 

La Ferme Impossible Union paysanne 14 avril 2014L’UNION PAYSANNE PORTNEUVOISE PRÉSENTE « LA FERME IMPOSSIBLE »

Conférence de Dominic Lamontagne suivie d’une période d’échange avec le public lundi le 14 avril à 19h30.
Lieu : La Taverne, 365 Rue Tessier Est Saint-Casimir, QC G0A 3L0t
Coût d’entrée: 5$
Information : Lien vers l’événement Facebook

 

 

thumb fromage-gruyere

Producteurs artisans-fromagers: L’Union paysanne interpelle les acteurs du milieu

thumb fromage-gruyereLachute, jeudi 28 novembre. L’Accord de libre-échange Canada-Europe, selon toute vraisemblance, sera ratifié et entrera en vigueur en 2015-2016. Cela veut dire que les producteurs artisans-fromagers, principalement du Québec, subiront une concurrence déloyale provenant des fromages fins européens. L’Union paysanne croit qu’il est possible d’agir afin de rétablir un équilibre dans le marché et favoriser notre souveraineté alimentaire.

Nous demandons à la FPLQ d’enlever les prélevés des producteurs artisans-fromagers biologiques sur le transport de leur lait… vu qu’il n’est pas transporté! L’Union paysanne demande donc à la Fédération des producteurs de lait du Québec (FPLQ) d’abroger l’obligation faite aux producteurs artisans-fromagers de racheter leur propre lait à un prix plus élevé.  En plus d’être une demande fréquente de leur part depuis 10 ans, ces frais ne sont pas justifiables pour quiconque connaît bien les dépenses qu’ils doivent faire pour la  promotion de leurs fromages tout au long de l’année.

Nous demandons également à la FPLQ d’enlever les prélevés des producteurs artisans-fromagers biologiques sur le transport de leur lait…vu qu’il n’est pas transporté. Il serait d’ailleurs peut-être temps pour la FPLQ de revoir l’ensemble des prélevés faits aux producteurs artisans-fromagers afin de refléter plus adéquatement leur métier.

Le fédéral peut facilement mettre en place des mesures de remboursement des coûts reliés aux mesures de salubrité que lui-même impose. Le gouvernement fédéral qui a négocié cet accord n’est pas sans savoir que les normes de contrôle et de salubrité sont moindres en Europe qu’au Canada. Un plus grand fardeau financier et technique pèse donc de ce côté-ci de l’Atlantique. Hormis l’opinion de l’Union paysanne sur l’aspect aseptisé et hypocondriaque de la salubrité au Canada nous pensons que le fédéral peut facilement mettre en place des mesures de remboursement des coûts reliés aux mesures de salubrité que lui-même impose. Nous invitons le ministre de l’Agriculture Gerry Ritz à mettre en place un tel programme dès 2014.

Au niveau provincial, il revient au ministre de l’Agriculture, M. François Gendron, de préparer des scénarios d’impact de l’arrivée de fromages fins européens sur nos tablettes. En dernier recours, si la FPLQ et le gouvernement fédéral ne prennent pas leurs responsabilités, nous demandons au ministre de prévoir un programme de soutien direct afin de soutenir les producteurs artisans-fromagers. C’est un enjeu de souveraineté alimentaire.

Ici, il n’est pas question d’emprunter un ton alarmiste. Des solutions sont possibles dans le meilleur intérêt d’un secteur de notre économie qui est dynamique. Les producteurs artisans-fromagers représentent bien ce que la souveraineté alimentaire apporte de mieux au Québec. Qualité, proximité et économie régionale dynamique.

 


 

Pièce-jointe :

com-up_2013-11-28_Fromage.pdf (128 ko)

Pour information :

Benoit Girouard
Président Union paysanne
450-495-1910

           

Maxime Laplante
Vice-président
418-926-2473

L’Union paysanne est un syndicat agricole et citoyen qui intercède auprès du gouvernement, des médias et de l’opinion publique pour promouvoir les intérêts de la paysannerie. Elle donne une place à tout ceux désireux de s’impliquer en faveur d’une agriculture et d’une alimentation paysanne. L’Union paysanne c’est… l’Alliance de la Terre et de la Table.