Articles

Enfin une enquête sur l’industrie du sirop d’érable

Lachute, mardi 19 mais 2015. L’Union paysanne salue l’initiative du ministre Pierre Paradis de mandater Florent Gagné pour faire un rapport complet sur l’industrie acéricole du Québec. Rappelons que cette enquête répond à l’insistance de l’Union paysanne qui demande depuis des mois qu’on se penche sur le secteur acéricole.  «Les pertes sur les marchés mondiaux, les poursuites contre des acériculteurs, l’effet de cartel de l’agence de vente de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec, autant de raisons qui demandaient des actions», souligne Daniel Gaudreau, acériculteur de l’Estrie.

Le problème du sirop d’érable, selon l’Union paysanne, est un épiphénomène du monde agricole. La source semble provenir de la Régie des marchés agricoles et agroalimentaires du Québec (RMAAQ) qui ne jouerait pas son rôle. Dans le cas du sirop d’érable, des signaux d’alarme ont été levés par des acériculteurs et par l’industrie depuis des années sans que la RMAAQ ne bouge.

«Le rôle et le leadership de la Régie des marchés agricoles doivent être revus par le ministre,» souligne Benoit Girouard, président de l’Union paysanne. «Agence de vente obligatoire dans le sirop, faillite de Colbex-Levinoff et autres dossiers lui sont passés entre les mains ces dernières années sans qu’elle joue son rôle de garde-fou», continue le président de l’Union paysanne.

L’Union paysanne assure au ministre Paradis son entière collaboration afin que tout le secteur acéricole sorte gagnant de cette enquête. «Il n’est jamais trop tard pour bien faire, par contre je ne sais pas s’il est trop tard pour moi et si mon entreprise survivra jusqu’à la fin de l’enquête» dit Steve Côté de Sawyerville qui s’est fait saisir toute sa production par la FPAQ, une troisième fois en trois ans.

Nous attendrons  les détails du mandat qui sera confié à Florent Gagné. Dans l’intervalle nous l’invitons à rencontrer Normand Bolduc, ancien fonctionnaire qui avait été mandaté il y a 10 ans pour faire enquête sur le secteur acéricole et dont le rapport avait été tassé. Son témoignage serait assurément éclairant.

 

Pièce-jointe : com-up_2015-05-19_enquete-sirop.pdf

Pour information :

Benoit Girouard
Président Union paysanne
450-495-1910

           

Daniel Gaudreau
Représentant Acéricole
819-657-4528

L’Union paysanne est un syndicat agricole et citoyen qui intercède auprès du gouvernement, des médias et de l’opinion publique pour promouvoir les intérêts de la paysannerie. Elle donne une place à tout ceux désireux de s’impliquer en faveur d’une agriculture et d’une alimentation paysanne. L’Union paysanne c’est… l’Alliance de la Terre et de la Table.

 

François Gendron.

Le ministre François Gendron doit mener une enquête sur les agissements de l’UPA en agriculture

Le 1er novembre dernier, la cour des petites créances de Joliette recevait l’UPA en poursuite contre une entreprise de semences biologiques. L’entreprise visée par la poursuite ne possède pas le statut de producteur agricole, mais l’UPA lui réclame quand même plus de 2000$ en cotisations syndicales. Fait surprenant, le juge n’a pas tranché le litige, mais référé le dossier au tribunal de la Régie des marchés agricoles.

François Gendron. François Gendron, le Ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec

Selon le représentant de l’UPA, le ministère de l’agriculture du Québec n’a aucun rôle à jouer lorsqu’il s’agit de déterminer si un fermier peut être déclaré producteur agricole ou non. Pourtant la loi est claire et c’est bien le MAPAQ qui détermine le statut de producteur agricole1. Statut qu’il faut demander. C’est d’ailleurs ce même ministère qui, en vertu d’une entente validée par la Commission d’accès à l’information du Québec, transmet la liste des agriculteurs «enregistrés», à l’UPA. Lors de l’audition, l’UPA a même tenté d’obtenir les renseignements financiers de l’entreprise, alors qu’il revient au MAPAQ de recueillir ces données.

Une trentaine de personnes s’étaient déplacées pour aller soutenir les propriétaires des Jardins de l’Écoumène contre les attaques de l’UPA. Pour l’Union paysanne, il s’agissait d’une autre démonstration d’abus de pouvoir de la part de l’UPA, qui tente de se substituer au MAPAQ.

L’Union paysanne estime qu’il est urgent que le MAPAQ reprenne le contrôle de l’agriculture, au lieu de l’abandonner à l’UPA comme c’est le cas actuellement. Quoi qu’en dise l’UPA en cour, le Ministre de l’agriculture est clairement responsable de l’application de la loi sur les producteurs agricoles (article 57). Poursuivre une entreprise biologique de semences est clairement une manœuvre arbitraire de bâillonnement. Pourquoi l’UPA ne poursuit-elle pas les géants de l’industrie des semences transgéniques que sont Monsanto, Syngenta ou Novartis?

Le ministre François Gendron doit mener une enquête sur les agissements de l’UPA. Il est urgent d’appliquer les recommandations du rapport Pronovost en agriculture, incluant celle de mettre fin au monopole de cette organisation sur l’agriculture du Québec.

 

Référence :

  1. http://bit.ly/16VjagY

 

Pièce-jointe :

Pour information :

Benoit Girouard
Président Union paysanne
450-495-1910

           

Maxime Laplante
Vice-président
418-926-2473

L’Union paysanne est un syndicat agricole et citoyen qui intercède auprès du gouvernement, des médias et de l’opinion publique pour promouvoir les intérêts de la paysannerie. Elle donne une place à tout ceux désireux de s’impliquer en faveur d’une agriculture et d’une alimentation paysanne. L’Union paysanne c’est… l’Alliance de la Terre et de la Table.