Articles

Maxime Laplante

Retour congrès spécial de mai

Beaucoup d’entre vous avez manifesté votre intérêt pour la réflexion sur la structure de l’Union paysanne et plus de 200 personnes ont répondu au sondage sur le sujet. Lors du Congrès spécial du 2 mai dernier, nous avons eu l’occasion d’en débattre. Voici ce qui en ressort :

À la fondation de l’Union paysanne, nous avions convenu de former un syndicat, ce qui était justifié par le besoin de donner un message à la population que nous n’acceptions pas que l’UPA soit le seul syndicat représentant les fermiers. 14 ans plus tard, nous croyons que l’Union paysanne a taillé sa place dans les médias et dans l’opinion publique. Aujourd’hui, le besoin principal de l’organisation est d’obtenir du financement, ce qui est loin d’être facile pour un syndicat, surtout dans le contexte du monopole de l’UPA. Nous avons donc convenu de modifier notre forme légale pour en faire une association, ce qui n’a aucun effet sur notre action ni notre vision, mais qui peut ouvrir des portes en matière de financement. Évidemment ça ne change en rien la possibilité d’être accrédité.

En ce qui a trait au statut de membre, nous avons jugé en congrès de ne rien modifier, conscients que tous peuvent être membres égaux, les citoyens ayant autant besoin des paysans qu’inversement. Et pour quelqu’un qui aimerait contribuer à la cause sans être membre, les Amis de l’Union paysanne peuvent toujours l’accueillir. De questions étaient aussi sans réponse. Donc l’assemblée a préférée ne rien changer pour l’instant.

Nous mettons également fin à la tentative de créer des unions sectorielles, comme l’Union acéricole paysanne ou l’Union forestière paysanne. En effet, même si ces tentatives étaient justifiées par l’intention de plaider devant la Régie des marchés agricoles, elles constituent une forme de sur-spécialisation agricole que nous ne voulons pas encourager. Nous ne conservons donc que l’Union biologique paysanne, sachant que le bio n’est pas une spécialisation.  Chaque secteur pourra se regrouper dans des comités d’action. Formule plus souple et rapide dans l’action. Ils devront faire rapport auprès de l’Union paysanne.

En somme, nous allégeons une structure pour la rendre plus souple, tout en conservant la même vision et en nous donnant la possibilité d’obtenir plus de financement.

Paysannement vôtre,
Maxime Laplante, vice-président