Articles

Tournesol (fleur)

Calendrier des Fêtes des Semences 2017

C’est le temps de préparer la saison de jardinage 2017. Cette année, c’est pas moins de 13 fêtes des semences qui sont organisées un peu partout au Québec. N’hésitez-pas à aller y faire un tour, ce sont de véritables bazars pour jardiniers écologiques. Une excellente façon de commencer la saison du bon pied!

Jacques Oligny

En 2017 recrutez un membre : Merci à Jacques Oligny

Jacques Oligny

Jacques Oligny

L’Union paysanne tient à remercier Jacques Oligny, un céréalier de la région de St-Jean, qui nous a fait la surprise d’avoir recruté 5 nouveaux membres. Il projette d’ailleurs dans trouver 5 autres dans l’année. C’est une façon réellement simple d’aider grandement le mouvement sans avoir à s’impliquer au quotidien. « Si chaque membre allait en chercher 1 seul, en plus de doubler le membership nous pourrions embaucher une personne de plus à temps plein », souligne Benoit Girouard président de l’organisation.

Depuis 15 ans, librement, c’est plus de 4000 agriculteurs qui ont été membres. L’Union paysanne c’est un choix, une liberté de s’associer selon vos valeurs et votre désir de changer le portrait de l’agriculture. Alors en 2017, je recrute un membre

  • Imprimez le formulaire d’adhésion en plusieurs copies et laissez en traîner dans votre voiture, votre agenda, au bureau.

En 2017 cela doit devenir un automatisme pour chacun de nous. Comme Jacques Oligny, surprenez-nous.

L’outil Rotation$+, un complément interactif

En agriculture comme ailleurs, le changement comporte des risques. Et s’ils pouvaient être calculés, ou du moins estimés? C’est dans cette optique que l’outil Rotation$+ a été développé. Par la création de simulations, il permet la comparaison de scénarios sur les pratiques culturales en grandes cultures incluant les rotations, la machinerie, la fertilisation, la phytoprotection, etc. Hébergé sur une plateforme Web au CRAAQ, l’outil est aussi interactif; s’il ajoute une valeur d’expertise à l’approche agroenvironnementale et économique des conseillers, il devient un complément pour le producteur.

L’intégration de nouvelles pratiques culturales a un impact économique et environnemental, notamment sur la santé, la conservation des sols et sur la rentabilité des cultures. Mais comme l’investissement précède les bénéfices, la projection des coûts et des rendements associés aux nouvelles pratiques facilite la prise de décisions. C’est là que les simulations de l’outil Rotation$+ interviennent. À partir des données des Références économiques du Centre de référence en agriculture et en agroalimentaire du Québec (CRAAQ), un conseiller peut adapter et  comparer d’une année à l’autre les objectifs que le producteur s’est fixés en modifiant des techniques de travail du sol, en améliorant la fertilisation, en diminuant les risques associés à l’usage des pesticides, en augmentant la performance de la rotation des cultures ou en rentabilisant l’usage d’engrais verts, etc.

Un outil de gestion pour une planification judicieuse !

logoCRAAQ

En agroenvironnement, « on parle de rendement, mais le calcul des marges est aussi important », a affirmé Yanick Beauchemin, producteur et conseiller agricole (Club Yamasol) lors du lancement de l’outil en octobre dernier. La possibilité de calculer le rendement et les marges sur une durée de 3 ans et plus est alors d’autant plus avantageuse.

Pour un aperçu des possibilités qu’offrent l’outil Rotation$+, des démonstrations gratuites sont offertes par le CRAAQ jusqu’à la fin décembre.

 

Patates

Pommes de terre de semence biologiques

Des producteurs impliqués dans la sélection

Au Québec, la superficie occupée par la culture de pommes de terre biologiques se chiffrait à 25 hectares en 2015. La demande est grandissante autant chez nous que chez nos voisins du sud qui raffolent de cet aliment versatile et économique. Comment assurer une production biologique rentable pour les producteurs qui désirent répondre à cet engouement?

Les normes de certification en production biologique obligent les producteurs à cultiver à partir de pommes de terre de semences biologiques. La disponibilité limitée du matériel de reproduction requiert un accroissement de la diversité des semences adaptées à notre climat et possédant des caractéristiques agronomiques intéressantes.

L’Initiative de la famille Bauta sur la sécurité des semences au Canada a mis sur pied un programme de sélection participative de cultivars adaptés à la culture biologique au Canada. Généticiens et producteurs mettent en commun leur expertise pour créer des cultivars qui répondent aux besoins du secteur : la gestion de l’azote, le contrôle des mauvaises herbes et la phytoprotection. Contrairement à la sélection conventionnelle, ce mode participatif implique l’agriculteur dès le début du processus où il procède lui-même à la sélection sur la ferme, pour les quatre années du programme.

Les tubercules à l’essai sont issus de croisements réalisés par le sélectionneur qui vise à créer de nouvelles variétés génétiques ayant par exemple, une tolérance accrue au mildiou et à la gale commune. Des caractéristiques agronomiques additionnelles sont évaluées telles que la maturité, la taille du tubercule et le rendement. Il est indéniable que la culture biologique de la pomme de terre comporte son lot de défis, mais ce projet contribuera certainement au progrès du secteur.

 

ImpressionLe CRAAQ a produit une référence économique concernant la culture de pommes de terre biologiques afin d’aider le producteur à planifier les coûts du cycle de production allant de l’achat de semence jusqu’à la récolte et l’entreposage. Le Colloque sur la pomme de terre organisé par le CRAAQ est par ailleurs une occasion d’en apprendre davantage sur les avancées de la recherche. Surveillez cet évènement qui se déroulera le 18 novembre prochain, au Centre de congrès et d’expositions de Lévis.

Sources consultées :

Portail BioQuebec Statistiques
Sélection végétale participative  Agri-Réseau
Le programme de sélection participative de cultivars adaptés à la culture biologique : résultats de trois ans de sélection Agri-Réseau
L’Initiative de la famille Bauta sur la sécurité des semences au Canada

 

 

Pour nourrir le Québec, donnons une place aux paysans

Campagne Pour nourrir le Québec… donnons une place aux paysans

L’Union paysanne lance la campagne « Pour nourrir le Québec… donnons une place aux paysans ». Cette campagne demande au ministre Pierre Paradis de rapatrier la gestion du hors-quota1 au sein du MAPAQ afin que son contrôle échappe aux cartels qui le gèrent. Nous sommes nombreux à s’être buté à des refus des offices de producteurs depuis 20 ans.

Si vous avez pris le temps de lire notre document « Vers une gestion de l’offre 2.0 au Canada », vous avez pu constater que le Québec, et de loin,  est l’endroit au Canada le plus restrictif en matière de hors-quota au Canada. Par exemple, alors que vous ne pouvez pas produire plus de 100 poulets au Québec, il est possible d’en faire plus de 1000 et même 2000 dans l’Ouest Canadien. Le constat est semblable dans les œufs et le dindon. Voir le tableau

Hors-Quota-au-Canada

Une hausse des seuils de production hors-quota au Québec déclencherait une petite révolution qui permettrait…

  • à nombre d’agriculteurs de diversifier leur production et d’augmenter leur revenu
  • à la relève agricole de démarrer avec moins d’investissements de base,
  • aux régions d’avoir des productions plus locales
  • aux petits abattoirs d’avoir une clientèle nouvelle et de se maintenir en région
  • de voir émerger des productions quasi inexistantes : œufs et poulets de pâturage, sans OGM, biologiques, etc.

Vous voulez nous aider? Deux façons

Carte postale Union paysanne (verso)

Si vous avez un commerce, une cabane à sucre, un bureau, des collègues de travail, etc.,  vous serez surpris du nombre que vous récolterez. Cette campagne est majeure pour les paysans du Québec et avec votre appui nous pourrions atteindre des chiffres étonnants. Déjà les premières 5000 cartes postales papiers sont pratiquement épuisées, mais l’objectif est d’en faire signer 10 000 avec votre aide. Cette campagne durera jusqu’en septembre.
1 : Le hors-quota est le nombre d’unités que peut produire une personne sans détenir un quota. Ce seuil est actuellement déterminé par les offices de producteurs qui, tout en détenant les quotas, se retrouvent en situation de cartel.

 

pour-une-politique-agricole

Calendrier des Fêtes des Semences 2016

C’est le temps de préparer la saison de jardinage 2016. Plusieurs Fêtes des semences sont organisées cette année encore, un peu partout au Québec.

Cet été… Je recrute deux membres!


Nous sommes de plus en plus nombreux à questionner ce que sont devenues agriculture et nourriture: pesticides, herbicides,  antibiotiques, hormones, OGM, standardisation et industrialisation.

Changer le visage de l’agroalimentaire québécois afin qu’il réponde aux aspirations de la population doit être une priorité et cela passe par une alliance de la Terre et de la Table.

L’Union paysanne est cette alliance.

Elle regroupe des agriculteurs et des citoyens qui veulent bâtir des alternatives au modèle industriel alimentaire et agricole.

L’Union Paysanne tente non seulement d’améliorer les écosystèmes à la ferme, mais aussi les conditions de vie des paysans. Elle agit de la Terre à la Table.

Vous êtes membre? Alors pourquoi ne pas en recruter un autre? Ou deux? Ou cinq? L’adhésion n’est que de 20$.Comment nous aider? Cet été, c’est l’occasion pour devenir encore plus nombreux. Que feriez-nous si nous étions 5000, 10 000 à faire pression sur le gouvernement pour réclamer des changements? Quelles seraient vos priorités?

Nous lançons donc un concours pour stimuler votre intérêt. Chaque membre qui en aura trouvé deux autres aura 1 billet de tirage pour notre concours.  Celui qui trouve un agriculteur et un citoyen en aura 2.

Le concours se termine le 15 août.

 


 

1er prix

  • Bon d’achat de 150$ à la Ferme Rheintal (Porc, bœuf, veau, etc.)
  • Bon d’achat de 50$ chez Aliksir, producteur d’huiles essentielles biologiques.
  • Bon d’achat de 25$ à la Fromagerie du Presbytère
  • 1 kg d’ail et herbes séchées de  la Plantation Amérindienne Siwi (valeur de 50$)
  • Bon d’achat de 30$ à la Ferme Cadet Roussel
  • 1 exemplaire « La culture écologique pour petites et grandes surfaces » par Yves Gagnon
  • 1 exemplaire « Flore printanière » par Gisèle Lamoureux

 


 

2e prix

  • Bon d’achat d’une valeur de 50$ chez TerroirsQuébec, la boutique du terroir en ligne
  • Bon d’achat de 25$ chez la fromagerie du Presbytère
  • 1 canard de Barbarie de la ferme Plumes et Légumes
  • 1 exemplaire « Flore printanière » par Gisèle Lamoureux
  • 1 exemplaire « La culture écologique des plantes légumières » par Yves Gagnon

 


 

Pour participer

Retourner ce formulaire avec le paiement à l’adresse ci-dessous :

Union Paysanne, C.P. 899, Succ. Bureau Chef, Lachute, Qc, J8H 4G5
Tél. : 450-230-5046
Courriel : paysanne@unionpaysanne.com
Site web : www.unionpaysanne.com

 

L’UNION PAYSANNE…. C’EST POUR QUI?

L’Union paysanne est un syndicat agricole citoyen en ce sens il regroupe tous les agriculteurs qui favorisent l’agriculture, la pêche et la foresterie paysannes et les citoyens qui veulent bien les appuyer.

En étant membre de l’Union paysanne vous pourrez vous impliquer dans votre conseil régional et participer au développement d’un mouvement unique qui change les choses.

Vous recevrez également la Chronique du paysan par courriel qui relate l’actualité agricole et vous permettra de suivre le mouvement.

Vous voulez devenir membre de l’Union paysanne rien de plus facile…

En ligne: http://www.unionpaysanne.com/adhesion

Inscription par la poste : Vous pouvez imprimer le formulaire d’adhésion et l’expédier avec votre paiement au siège social. Votre carte de membre vous sera envoyée par la poste. http://www.unionpaysanne.com/images/stories/Doc/2015/Formulaire-Adhesion-2015.pdf

Inscription au téléphone (par carte de crédit): Vous pouvez devenir membre dès aujourd’hui en téléphonant au 450-774-7692. Si vous accéder au répondeur laissez votre message et nous vous rappellerons le plus rapidement possible.

Pierre Paradis et Jean Pronovost.

Jean Pronovost pour la relève agricole

Lachute, vendredi 13 février 2015 – L’Union paysanne tient à saluer l’annonce faite ce matin par le ministre de l’Agriculture, M. Pierre Paradis, de mandater Jean Pronovost afin qu’il aille à la rencontre des jeunes agriculteurs du Québec. Les obstacles à l’établissement d’une relève agricole sont nombreux et s’y attaquer devient urgent.  

« Nous le disons depuis des années, la fatalité agricole doit cesser, nous devons refuser la perte d’une seule entreprise agricole. Le changement viendra par la relève », affirme Benoit Girouard, président de l’Union paysanne.

Le choix de Jean Pronovost est des plus judicieux. Il a présidé avec un doigté rare la Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire du Québec, l’une des plus importantes commissions de toute l’histoire du Québec au plan de la participation. Sachant être à l’écoute, M. Pronovost a réussi à saisir les enjeux complexes du monde agricole québécois et favoriser un large consensus autour des conclusions de son rapport.

L’Union paysanne tient également à souligner le geste de conciliation et d’ouverture posé par le ministre Pierre Paradis qui fait appel aux différents représentants du monde agricole pour soutenir le travail de Jean Pronovost. « Nous lui assurons notre entière collaboration », indique le président de l’Union paysanne.

 

Paradis-Pronovost

 

Pièce-jointe :com-up_2015-02-13_Releve-CP.pdf

Pour information :

Benoit Girouard
Président Union paysanne
450-495-1910

           

Maxime Laplante
Vice-président
418-926-2473

L’Union paysanne est un syndicat agricole et citoyen qui intercède auprès du gouvernement, des médias et de l’opinion publique pour promouvoir les intérêts de la paysannerie. Elle donne une place à tout ceux désireux de s’impliquer en faveur d’une agriculture et d’une alimentation paysanne. L’Union paysanne c’est… l’Alliance de la Terre et de la Table.

 

Saint-Germain-Kamouraska-terres-agricoles

Accaparement des terres et financiarisation de l’agriculture au Québec: Quelle agriculture voulons-nous?

Saint-Germain-Kamouraska-terres-agricolesLachute, 29 octobre 2014. Les récentes rumeurs d’achat de terre agricole dans le Bas-Saint-Laurent par la société Pangea ont suscité de vives réactions, ce qui n’est probablement pas étranger au fait que le Bas-Saint-Laurent constitue l’une des régions où l’on retrouve le plus grand nombre de terres en friche et sous-utilisées.

Pour l’Union paysanne, l’achat de terre par des fonds d’investissement n’a pas sa place en agriculture, mais cette question ne pourra être résolue sans répondre à la question: quel modèle d’agriculture voulons-nous au Québec?

Le modèle agricole en place depuis plus de 30 ans nous laisse avec les agriculteurs les plus endettés d’Amérique du Nord, 50% de terres agricoles du Québec en friche et un bilan net déficitaire quand au nombre de fermes restantes chaque année. Celui qui est en place depuis plus de 30 ans nous laisse avec les agriculteurs les plus endettés d’Amérique du Nord, 50% de terres agricoles du Québec en friche et un bilan net déficitaire quand au nombre de fermes restantes chaque année. C’est cette condition sous-jacente qui fait naître des entreprises comme Pangea, qui sont ni plus ni moins l’équivalent des intégrateurs dans le secteur porcin.

Alors, que souhaitons-nous comme agriculture? Une agriculture où l’intégration verticale et horizontale se multiplient? Avec comme conséquence d’avoir moins de travailleurs par ferme, une concentration des capitaux et moins de fermes? Le gouvernement va devoir se prononcer puisque les intégrateurs ont accès aux programmes de soutien de l’État, ce qui revient à financer en partie ce modèle par nos impôts.

Nous ne pouvons bêtement barrer la route à de telles sociétés d’investissement sans ouvrir des voies pour la relève agricole. La meilleure façon d’y arriver reste la mise en place d’une réelle première politique agricole basée sur une vraie souveraineté alimentaire. L’Union paysanne en a d’ailleurs fait une proposition1 au gouvernement.

Afin de poursuivre la réflexion, l’Union paysanne tiendra d’ailleurs son Congrès dans le Bas-Saint-Laurent à la fin février. D’ici là, une réponse claire du gouvernement libéral quant à sa vision du modèle agricole québécois serait souhaitée.

1- http://bit.ly/1u3kUQC

 

Pièce-jointe :

Pour information :

Benoit Girouard
Président Union paysanne
450-495-1910

           

Maxime Laplante
Vice-président
418-926-2473

L’Union paysanne est un syndicat agricole et citoyen qui intercède auprès du gouvernement, des médias et de l’opinion publique pour promouvoir les intérêts de la paysannerie. Elle donne une place à tout ceux désireux de s’impliquer en faveur d’une agriculture et d’une alimentation paysanne. L’Union paysanne c’est… l’Alliance de la Terre et de la Table.