Fais du feu dans la… cabane à sucre!

Petit redoux en janvier! C’est l’heure de la coulée! Certains acériculteurs québécois bouillent déjà de l’eau d’érable pour mieux nous sucrer le bec! C’est au cours de cette étape que le sirop développe son potentiel d’arôme et de couleur pour en faire un produit unique!

En 2016, 58 % des entreprises acéricoles québécoises opéraient avec un évaporateur à bois. Cette source d’énergie, alternative au mazout, peut être intéressante si le bois est en quantité suffisante sur la terre et si l’acériculteur dispose de temps pour le couper, le fendre, le transporter et l’entreposer. Pour une érablière de 3000 entailles, la consommation annuelle pour alimenter l’évaporateur est estimée à 8,8 cordes de bois lorsque l’eau d’érable est préalablement concentrée à 12⁰ Brix. Cependant, il est essentiel d’assurer une bonne qualité de bois en termes de taux d’humidité et de types d’essences pour obtenir une bonne conversion énergétique.

Le taux d’humidité du bois pouvant facilement varier entre 10 % et 40 % selon le moment de la coupe, il est primordial de le laisser sécher à un taux inférieur à 20 % avant de l’utiliser. Une fois le bois allumé, la combustion permet d’abord l’évaporation de l’eau contenue dans le bois ; plus le bois est sec, plus cette phase est courte et moins d’énergie y est consacrée. Ainsi, plus d’énergie pourra être utilisée pour générer de la chaleur.

À chaque essence de bois correspond une valeur calorifique, valeur représentant la quantité d’énergie contenue dans sa matière, qui se transforme en chaleur lors de la combustion (voir Tableau 1). Utiliser un bois à forte teneur énergétique permet d’obtenir un sirop plus clair et de réduire le temps de main-d’œuvre en évitant l’ouverture plus fréquente des portes de la chambre à combustion de l’évaporateur.

La Collection Acériculture des Références économiques fournit des indications sur les ressources humaines et matérielles nécessaires à l’entretien, l’opération et la vente de sirop d’érable dans une cabane à sucre. De plus, un chapitre complet est consacré aux combustibles et à l’efficacité énergétique dans le Cahier de transfert technologique en acériculture.     

Autre source : ÉVAPORATEUR AU BOIS : Gare à la qualité de votre bois!

L’équipe du CRAAQ