Avis de l’Union paysanne sur la question du pluralisme syndical en agriculture

sol-30a

sol-30aIl y a moins d’un an, le ministre Claude Béchard évoquait la possibilité d’une loi qui regrouperait toutes les lois touchant l’agriculture afin d’insuffler un nouvel élan à ce secteur. Son successeur, Laurent Lessard, en rajoutait en parlant de doter le Québec d’une première politique agricole afin de répondre aux défis du 21e siècle. 

Selon l’Union paysanne, cette future politique ne pourra s’écrire en faisant l’économie de la question du pluralisme d’association. Pas cette fois-ci.

Les tensions sont vives sur le terrain et risquent de s’envenimer en l’absence de solution. Est-il possible d’écrire une nouvelle et première politique sans explorer cette piste? Nous aimerions donc vous donner un avis sur cette question fondamentale, tout en étant conscient que vous puissiez être familier avec une partie du thème.

Depuis le rapport Pronovost, le débat sur le monopole d’accréditation a pris de l’ampleur, confirmant sa légitimité et son importance. Ceci dit, quelques arguments doivent maintenant s’y ajouter.

 

(..)…dans une société démocratique, on peut difficilement justifier le maintien d’un régime qui oblige un groupe de personnes à adhérer à une structure unique d’association, régime qui, au demeurant, ne prévoit aucun dispositif pour vérifier la volonté des personnes d’y adhérer ou d’y maintenir leur participation. Cette situation est malsaine et nuit même à la crédibilité de l’UPA.

Extrait du rapport Pronovost (CAAAQ) p 235

 

C’est par ces mots que le rapport Pronovost plonge d’un seul trait au cœur du déficit démocratique agricole québécois. Déficit devenant de plus en plus apparent à mesure qu’il se fait dénoncer par une partie grandissante de la population et des agriculteurs sur le terrain. Nous avions d’ailleurs recommandé au commissaire Pronovost de sortir des officines syndicales pour aller poser la question sur le «plancher des vaches» et constater par lui-même qu’une portion grandissante des agriculteurs ne veulent plus du monopole.

Évidemment, l’Union des producteurs agricoles aura des prétentions contraires et en sachant que vous y serez exposés, nous aimerions profiter de l’occasion pour en décortiquer les détails.

 


 

Lire le document complet : Avis-sur-le-Monopole-Union paysanne.pdf (211 Kio)