La Chronique paysanne - 22 décembre 2017
UNION PAYSANNE
 
 

La Chronique du Paysan

Édition du 22 décembre 2017

L'Union paysanne vous souhaite de joyeuses fêtes

  marche-paysan-de-noel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous profitons de cet envoi pour vous souhaiter de très joyeuses fêtes à vous et à vos proches. Gardons une pensée de remerciement à tous ces paysannes et paysans qui garnissent nos tables de leurs bons produits pendant cette période faste. N'oubliez pas d'encourager vos voisins: acheter local, c'est bien meilleur. Pour vos cadeaux de Noël, cadeaux d'hôtes et autres, n'hésitez pas à vous tourner vers les artisans du Québec: une panoplie de belles choses sont à notre disposition.

L'année 2017 tire déjà à sa fin et c'est sous le signe du renouveau que l'Union paysanne se prépare pour une nouvelle année. L'Assemblée générale du 23 novembre dernier a permis d'élire un tout nouveau conseil d'administration où expertise et jeunesse se côtoient, mais aussi et surtout, où enthousiasme et confiance règnent. C'est l'aube paysanne. L'heure de sortir de l'ombre de l'UPA pour valoriser le travail d'ici, respectueux des êtres et des écosystèmes. Joignez-vous à nous pour participer au changement!

Dossier hors-quota: une étude confirme largement les avancées de l'Union paysanne

cirano_logo_horizontal_notext_fr  

 

L'Union paysanne, depuis sa fondation en 2001, réclame un assouplissement des quotas et des plans conjoints pour donner un peu d'air aux élevages de petite taille. Évidemment, les fédérations de l'UPA, détentrices et gestionnaires des fameux quotas, maintiennent leur emprise, ce qui fait que le Québec est devenu la moins permissive des provinces canadiennes lorsqu'il s'agit de produire des œufs, de la volaille ou du lait. Pour l'UPA, permettre à de petits éleveurs de produire un peu plus sans acquérir du quota à prix d'or (250$ par poule, 800$ par mètre carré de poulet ou 24 000$ par vache) mènerait à un chaos dans l'approvisionnement des marchés et menacerait grandement la santé des consommateurs.

L'étude sur la production sans quota et sur la commercialisation en circuits courts, récemment publiée par le groupe Cirano de l'université Laval, en arrive à des conclusions très différentes.

Premièrement, en analysant la situation de provinces plus permissives, on constate que la production sans quota n'occuperait qu'une part infime du marché, de l'ordre de 1 ou 2% au maximum.

Deuxièmenent, les études citées en matière de salubrité montrent assez clairement que les petits élevages sont moins porteurs de pathogènes que les élevages industriels.

Les auteurs de l'étude sont également forcés de faire allusion à situation de conflit d'intérêt des fédérations de l'UPA, qui décident des règles appliquées à la relève, donc à des concurrents sur le marché. Un peu comme si Walmart décidait si Metro doit exister et à quelles conditions...

.

Dossier hors-quota: quelques nouvelles

 

Ainsi que nous en avions discuté lors du congrès de novembre, l’Union paysanne a entrepris une démarche juridique en vue de faire hausser les limites du hors-quota, de façon à permettre la production de plus que 100 poulets ou les œufs de plus de 100 pondeuses sans avoir à acheter les dispendieux quotas. La Régie des marchés agricoles nous a informé récemment qu’elle tiendrait une séance publique sur la question pour entendre l’Union paysanne ainsi que les Éleveurs de volaille du Québec. La date de cette séance ne nous est pas encore connue. À suivre

Huîtres et lait, deux ingrédients d’un même plat au goût amer?

 

Lors du congrès tenu à Victoriaville, nous avons eu l’occasion de rencontrer Patrice Vidieu, de la Confédération paysanne, l’organisation cousine de l’Union paysanne en France. Évidemment, il a abordé la question de notre système de gestion de l’offre, système qui a aussi existé en Europe jusqu’à tout récemment. Sans vouloir étaler ici tout le fond de sa pensée, j’ai surtout retenu une phrase. Selon lui, avec les quotas et les plans conjoints, nous avons certes réussi à maîtriser l’offre de quelques denrées agricoles, mais nous n’avons jamais réussi à maîtriser la répartition. Le système ne profite pas à tout le monde de la même façon, loin de là.

sanglierCRAAQ

Des nouvelles du CRAAQ:  Le sanglier, une bête drôlement costaude!

Saviez-vous qu’un sanglier peut courir à plus de 40 km/heure et sauter par-dessus un obstacle de 1,5 mètre de hauteur? L’étonnante agilité de cet animal et son caractère fouisseur en disent beaucoup sur les installations qui sont requises pour un élevage sécuritaire adapté à ses besoins et à son comportement. Lire la suite

LE CRAAQ