L'Union paysanne boycotte le Sommet sur l'alimentation
UNION PAYSANNE
 
 

La Chronique du Paysan

Édition du 24 mai 2017

Communiqué: L'Union paysanne boycottera la 3e rencontre du Sommet sur l’alimentation

sommet alimentation 

Lachute, 24 mai 2017 : L'Union paysanne a décidé de boycotter la 3e rencontre préparatoire du Sommet sur l’alimentation afin de protester contre le vide de l’exercice. Lors du lancement,  l’Union paysanne croyait à une réelle consultation des différents groupes, mais craignait la longueur de l’exercice. Eh bien l’exercice, en plus d’être long, ne permet pas d’approfondir la réflexion creusée par le rapport Pronovost. « On repasse dans les mêmes lieux communs, pas de réel débat et un temps de parole insignifiant» témoigne Maxime Laplante, vice-président. Tandis que beaucoup d’orateurs occupent la foule, on a l’impression que la future politique agricole du Québec est déjà écrite.

L’Union paysanne, après avoir participé aux deux premières rencontres visant les consommateurs et les transformateurs, a été très surprise de constater la surreprésentation de l’UPA dans le volet destiné aux consommateurs. Il est encore plus dérangeant de constater que, dans ce troisième volet consacré aux producteurs agricoles, aucun espace ne sera donné afin de discuter du monopole syndical de l’UPA.

Cette question est en suspend depuis le rapport Pronovost en 2008. Cette rencontre aurait pu permettre un débat réel sur la question entre les différents groupes de représentants agricoles, mais la question a été soigneusement évitée. « On voudrait réduire l’agriculture à une donnée économique, mais les agriculteurs attendent qu’on leur redonne un réel droit d’association. La démocratie ne semble pas prioritaire pour notre gouvernement », souligne Benoit Girouard, président de l’Union paysanne.

Entrevue du président du l'Union paysanne concernant l'épandage de fumier au bureau de l'UPA

Benoit Girouard 

16 mai 2017 : Entrevue du président de l’Union paysanne à Richard Martineau dans le cadre de l’épandage de lisier au bureau de l’UPA.

«Le MAPAQ se fout de ma gueule»

  dominique-lamontagne

Par Dominic Lamontagne, auteur de La ferme impossible, militant pour une agriculture artisanale québécoise libre et parrain de l'Institut Jean-Garon

Voilà près de six mois que j’attendais ça, participer enfin au Sommet sur l’alimentation du MAPAQ le 26 mai prochain à Lévis, cette «grande démarche de réflexion et de discussion en vue de l’élaboration et la mise en œuvre de la future Politique bioalimentaire». Ayant été incapable de me faire inviter aux deux premiers volets de la dite réflexion (c’est pas que j’ai pas essayé), j’étais bien content, en février dernier, lorsqu’on m’a finalement répondu que ma présence serait «pertinente à la troisième rencontre de mai» et que j’étais invité à y participer.

Offre d'emploi : Agent-e de communication

  porte voix

L'Union paysanne est à la recherche d'une personne admissible au programme d'emploi-été Canada afin d'agir comme agent-e de communication.

L’agent-e de communication aura pour objectif, d’une part, de créer du contenu afin d’informer les agriculteurs d’enjeux environnementaux, d’occupation du territoire et de bien-être animal. D’autre part, son mandat visera à améliorer la visibilité de l’Union paysanne dans le paysage médiatique québécois afin de porter à l’attention de la population les diverses problématiques agricoles qui concernent notre territoire.