Démarrer en agriculture

À nous de changer les choses

Si le Québec veut être à l’avant-garde du renouveau agricole mondial, il doit faire le choix de l’agroécologie et de la souveraineté alimentaire. Pour y arriver, il devra faire de la place aux paysans du Québec qui figurent parmi les plus limités au monde. Si l’agriculture familiale demeure l’épine dorsale de l’agriculture québécoise, il ne faut pas hésiter à multiplier les initiatives ayant l’agriculture à cœur : circuits courts, valeur ajoutée, agriculture à temps partiel, productions émergentes, agriculture biologique, à petite échelle, agriculture urbaine, communautaire, multifonctionnelle, etc. Voilà autant de nouvelles façons de conjuguer notre amour de la terre qui n’attendent que vous!

Multipliez-vous

Il reste 29 000 fermes (enregistrées) au Québec. Pourrions-nous en avoir 50 000 dans un avenir rapproché? Irréaliste? Mais pourquoi donc? Comme l’ensemble des sociétés d’Occident nous avons toujours plus d’infirmières, plus de professeurs, plus d’avocats, plus de plombiers, mais moins d’agriculteurs. Une logique bien rodée par l’industrie, qui nous a convaincus qu’il est normal de produire toujours plus… avec moins d’agriculteurs. Qui a remplacé la fonction* sociale de l’agriculture par des performances technico-économiques. Il faut y mettre fin. Nous avons besoin de plus de paysans.

Se réapproprier notre territoire, notre alimentation

Sans qu’on s’en rende compte, au cours des 50 dernières années, l’agriculture comme activité nourricière et d’occupation des territoires nous a été enlevée. Interdiction de vendre plus de 100 poulets ou plus de 25 dindons, interdiction de vendre du lait sans quota, quasi impossibilité de subdiviser un lot pour permettre à une relève agricole de s’établir, surcapitalisation des entreprises agricoles, multiplication des entraves à la vente à la ferme, détournement des programmes de soutien de l’État, multiplication des règles pour contraindre les agriculteurs à adopter les pratiques de l’industrie, etc. Il faut se réapproprier l’agriculture véritable, celle qui nourrit sa famille, sa localité, sa région et qui crée un économie durable

Selon l’Union paysanne l’agriculture a trois fonctions principales

Fonction agro-environnementale

Protéger les ressources nécessaires à la production agricole (eau, air, sols, travailleurs, biodiversité…).

Fonction vivrière

Nourrir la population du Québec en quantité et en qualité.

Fonction socio-territoriale

Habiter le territoire, c’est-à-dire conserver la population en milieu rural et lui fournir des services.

Les attributs de l’agriculture de demain

Après avoir consulté tous les intervenants possible, la Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire du Québec en venait à dire que l’agriculture de demain devrait :

  • être multifonctionnelle, c’est-à-dire aller au-delà de son rôle nourricier;
  • avoir pour mission première de contribuer à nourrir les Québécois;
  • être plurielle par la diversité de ses entreprises et de ses productions;
  • reposer sur une culture entrepreneuriale;
  • être hautement professionnelle dans ses pratiques;
  • épouser le développement durable;
  • tirer profit de son plein potentiel.

Par où commencer?

Le Centre Paysan

Commencer

Pour une approche traditionnelle ou non, le Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ) a développé un excellent outil.
Vous en aurez pour des heures, mais le tour d’horizon est complet.
AGRO-DÉMARRAGE

Formation

Il y a plusieurs sources de formation traditionnelles accessibles par AGRO-DÉMARRAGE

Centre paysan

L’Union paysanne a également démarré un Centre paysan afin de répondre à des demandes fréquentes de formations alternatives. Axé sur la formation de paysan à paysan ce centre de formation se veut souple, axé sur les besoins émergents et capable d’offrir une formation pratique. Pour en savoir plus sur le Centre paysan, suivez ce

Source de financement

Pour un tour complet des subventions et du financement en agriculture :

Ressources utiles

Pour démarrez en agriculture une multitudes de ressources sont nécessaire en voici quelques unes: Ressources utiles

Quelques initiatives nouvelles dignes de mention

Arterre (des paysages aux paysans)

L’Arterre permet de jumeler des aspirants-agriculteurs avec des propriétaires fonciers selon des ententes sur mesure soit de location avec ou sans option d’achat, partenariat, transfert, démarrage, mentorat.

La plate-forme agricole de l’Ange-Gardien

crdtao

Centre d’initiatives en agriculture de la région de Coaticook

logociarc

Nous croyons fermement à l’avenir de ce secteur. Par contre, plusieurs indices portent à croire que nous avons atteint, en quelque sorte, les limites du modèle agricole actuel. En effet, l’environnement dans lequel l’agriculture et l’agroalimentaire évoluent présentement diffère grandement de celui qui a donné le jour à la plupart des politiques en cours. Ainsi, sans renier les gains importants faits par l’organisation actuelle des politiques agricoles, nous croyons qu’il faut faire preuve d’autant d’audace qu’à l’époque qui nous a précédés afin de redéfinir la place de l’agriculture dans la société. Puisque les besoins changent, il nous semble normal que l’agricultureet l’agroalimentaire évoluent avec eux.–Les étudiants et les étudiantes de la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation de l’Université Laval, dans leur mémoire présenté à la Commission, le vendredi 7 septembre 2007 à Montréal.