L’Union paysanne se prépare à la fin du monopole de l’UPA

21 mai 2008. Dans le cadre du rapport Pronovost,  la recommandation 47 a établi des balises claires afin d’être une association représentative de la classe agricole. L’Union paysanne croit que ce n’est qu’une question de temps avant que les agriculteurs retrouvent une liberté pleine et entière de s’associer au syndicat de leur choix comme partout dans le monde.

Afin d’être prête à cette éventualité, l’Union paysanne consacrera les 6 prochains mois à réfléchir et mettre en place sa vision du syndicalisme agricole. Pour ce faire, nous sommes heureux d’annoncer l’embauche, à titre de consultantes, de Madame Denise Proulx et de Madame Lucie Fortin.

 

Madame Denise Proulx est journaliste indépendante depuis 28 ans et a collaboré longtemps à la Terre de chez nous. Spécialisée en environnement et en agriculture, elle est également chercheuse associée à la Chaire de recherche du Canada en éducation relative à l’environnement de l’UQÀM.

Son mandat consistera  à étudier les structures existantes de représentation agricole dans le monde et à définir les points de convergences et les différences. Elle consultera par la suite des personnes reconnues au Québec et à l’international sur ces questions ainsi que sur le rôle que tient le syndicalisme en lien avec les modèles agricoles.

Finalement, son travail est de proposer à l’Union paysanne lors du congrès de novembre 2008 une structure de représentation adaptée et nouvelle qui va permettre à celle-ci de représenter les fermes à dimensions humaines, le terroir, le biologique et la foresterie.

Madame Lucie Fortin, avocate spécialisée en droit international privé et en droits de la personne, s’est impliquée pour l’intégration des personnes africaines en milieu de travail au Québec. Elle est également agricultrice depuis 5 ans en production de pommes et de petits fruits.

Elle a le mandat de proposer à l’Union paysanne un ensemble de statuts et règlements afin de solidifier les assises de l’organisation. Son travail sera adopté en première lecture par le Conseil de coordination qui se dotera ainsi d’un code d’éthique et de conduite pour les élus. Ce code sera par la suite entériné lors du Congrès 2008.

Elle a finalement accepté un poste sur le comité de conciliation et d’appel et apportera son savoir-faire à ce poste ce qui profitera pleinement à l’organisation.

– 30 –

Benoît Girouard, porte parole
(450) 495-1910

Frédéric  Sauriol, secrétaire général
(450) 566-5009