Le septième congrès de l’Union paysanne

Les agriculteurs investissent la structure de l’Union paysanne

St-Hyacinthe, 26 novembre 2007. Réunis à St-Jérôme cette fin de semaine pour leur 7ième congrès sous le thème de la solidarité paysanne à la souveraineté alimentaire, les membres de l’Union paysanne ont pu encore une fois prendre conscience de tout le chemin accompli par l’organisation. L’année 2007 a été l’une des plus fastes pour le mouvement en terme de visibilité médiatique et dresse la table pour 2008.

Le Congrès de cette année a modifié la structure de l’Union paysanne afin de la rendre plus collégiale et efficace en espérant ainsi répondre aux demandes venant de partout. Les points majeurs sont : le conseil de coordination passe de 7 à 11 postes et l’abolition de la présidence et de la vice-présidence afin d’être remplacées par deux porte-paroles officiels du mouvement.

Fait à souligner, les agriculteurs se sont retrouvés pour la première fois en majorité au congrès, confirmant qu’ils n’en peuvent plus du joug que leur fait porter l’Union des Producteurs Agricoles et qu’ils sont déterminés à s’investir avec les citoyens afin de créer un espace pour la paysannerie et ainsi briser le monopole syndical de l’UPA. D’ailleurs, le nouveau conseil de coordination de l’Union paysanne de 11 sièges reflète cette réalité puisque 8 agriculteurs y siègent désormais.*

Tous les congrès de l’Union paysanne se résument par l’action et cette année n’y échappe pas. Deux colloques sont donc prévus en 2008 : un sur les agrocarburants et l’autre sur l’occupation du territoire. Également, l’Union paysanne travaillera à élaborer une définition de la paysannerie au Québec ainsi qu’un Guide paysan qui sera le premier recueil de la paysannerie et du terroir de chez-nous.

L’Union paysanne a enfin réaffirmé qu’il est plus qu’urgent de mettre en place des outils pour soutenir la paysannerie, avec ses objectifs d’agriculture de proximité, de produits biologiques, de relève agricole, d’occupation du territoire rural. Les solutions à la pièce ne sont plus acceptables et la gestion de l’offre gérée par un syndicat unique n’est désormais plus possible pour des raisons d’équité, de démocratie et de pluralité syndicale.

Le deuxième syndicat agricole existe déjà au Québec et il attend seulement qu’on lui donne des outils pour contribuer aux visages agricoles québécois. Il espère que le rapport de la commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire, attendu pour janvier, offrira une bouffée d’air frais pour les agriculteurs comme pour les citoyens soucieux de leurs terroirs.

-30-
  • Porte-parole officiel,  Benoit Girouard  (paysan, lapin et foresterie)
  • Porte-parole officiel,  Jacques Legros  (paysan, oie et canard)
  • Secrétaire Général,  Frédéric Sauriol  (paysan biologique, ASC)
  • Trésorière,  Catherine Valton  (paysanne biologique, production maraîchère)
  • Administratrice,  Karen Rothschild  (citoyenne)
  • Administrateur,  Simon Audet  (paysan biologique, grande culture)
  • Administratrice,  Anne Mareschal  (paysanne biologique, viandes)
  • Administrateur,  Marc-Antoine Minville ( relève agricole en démarrage)
  • Administratrice,  Sylvie Deschênes  (paysanne, production maraîchère)
  • Administratrice,  Louise Ranger  (citoyenne)

Benoît Girouard, porte-parole paysan
Tél : (450) 533-9955
Cell : (450) 495-1910
bgirouard@unionpaysanne.com

Jacques Legros, porte parole paysan
Tél : (418) 829-9888
augoutdautrefois@videotron.ca

P.S. : Des photos sont disponibles sur demande