,

Mot du président – 25 février 2019

Les congrès de l’Union paysanne sont souvent particuliers et riches en découvertes ou en surprises. Celui de cette année a donné lieu à toute une vague médiatique, étant donné la venue du ministre de l’agriculture, M. Lamontagne. Lorsque Marie-Josée (coordonnatrice) et moi l’avions rencontré précédemment, il avait été question, entre autres, des nombreux obstacles à la paysannerie, dont les normes. Lorsque le ministre, en début de congrès, a fait allusion aux normes du ministère de l’environnement, nul ne pouvait présager la tempête qui a suivi. Une mauvaise interprétation du discours laissait entendre qu’il fallait alléger la protection de l’environnement. Au contraire!

Depuis ses débuts, l’Union paysanne plaide pour des normes adaptées à la paysannerie au lieu du rouleau compresseur taillé sur mesure pour les besoins de l’industrie. Les exemples pullulent : interdiction d’épandage du fumier après le 1er octobre, sans faire la différence entre le lisier de l’industrie porcine et les fumiers solides ou compostés. Interdiction de réutiliser ses propres semences si on veut avoir accès aux programmes de subvention comme l’ASRA. Interdiction d’abattage à la ferme. Bandes tampons exigées aux fermes biologiques afin de limiter la contamination par les pesticides des voisins.

Le problème des normes mal adaptées a d’ailleurs été au cœur des audiences devant la Régie des marchés agricoles, alors que l’industrie accusait les petits éleveurs de ne pas avoir de cahier de normes exigeantes et ainsi de constituer une menace pour la santé des animaux, celle des humains et le bien-être animal. Nous nous sommes donc retrouvés dans la situation absurde de nous faire reprocher de ne pas nous préoccuper du bien-être animal par les propriétaires d’élevages industriels qui ont un cahier de charges stipulant que d’élever une poule sur un espace aussi petit que 64 pouces carrés (soit moins qu’une feuille 8 ½ x 11) est respectueux des animaux…

En fait, une grande partie des normes apparaissent lorsqu’il y a une distance entre la fourche et la fourchette. La vente directe constitue la meilleure traçabilité et la meilleure garantie de qualité.

En rencontre avec le ministre, nous avons formulé la demande de créer une division du MAPAQ qui serait dédiée à la diversification et la multifonctionnalité de l’agriculture, de façon à obtenir un appui de l’État pour un changement de modèle agricole. Il est grand temps de concrétiser les recommandations du rapport Pronovost à ce sujet. Devant le congrès de l’Union paysanne, le ministre a déclaré que ce rapport constituait dorénavant son guide, son « étoile du nord ». Espérons qu’un changement de vision de l’agriculture fasse son chemin au gouvernement.

Maxime Laplante, agr, président