Les dernières nouvelles sur des sujets intéressant l’Union paysanne.

, ,

Souveraineté alimentaire et luttes paysannes!

Nous sommes habitués à entendre parler du triste sort des paysans à l’étranger, en particulier en Afrique, en Amérique du sud ou en Asie. Fermiers brésiliens chassés de leurs terres, emprise des grandes entreprises exportatrices au détriment des productions vivrières sur le continent noir, main-mise sur les semences locales en Inde. Via Campesina, la grande organisation paysanne mondiale, réclame depuis environ deux décennies le retrait de l’agriculture des accords de libre-échange ainsi que le droit à la terre, le droit à la nourriture.

En plein cœur de l’Amérique du Nord, on imagine mal de pareilles situations. Et pourtant! Si les symptômes diffèrent, les causes sont souvent identiques d’un continent à l’autre. Et le Québec n’échappe pas à ce constat. Le droit de produire limité à une minorité dans des secteurs névralgiques comme le poulet, les œufs, le lait, le lapin, le sirop d’érable, en somme les productions sous quota.

L’accès à la terre se trouve également fortement entravé, en raison de divers facteurs : étroitesse d’esprit de la CPTAQ qui présume qu’une ferme de moins de 100 ha n’est pas rentable, ou encore qu’il faut gérer les régions rurales comme si c’était la banlieue montréalaise. Programmes de subventions taillés sur mesure pour la grande entreprise spécialisée, incitant à la spéculation foncière.

Le Québec n’a toujours pas de politique agricole, gérant l’agriculture à la pièce, de façon souvent paradoxale. Et ce n’est surtout pas la récente politique bio-alimentaire qui va y changer quoi que ce soit.

Noir portrait, non? Et pourtant, la paysannerie couve, comme un feu latent dans la tourbière, émergeant ici et là. Des milliers de personnes découvrent les bénéfices de la production à la maison, parfois même en pleine ville. Des liens se tissent entre la ferme et les clients. Beaucoup évitent le radar de la bureaucratie commerciale ou le contrôle de la mise en marché par le monopole dont il ne faut pas prononcer le nom… Innovation, découverte, savoir-faire se développent, au fond des rangs, dans les fêtes de semences, dans la grange ou le hangar. Légumes, fruits, animaux, machinerie innovante, transformation locale, tout y passe.

Ce congrès se veut un lieu de réflexion, d’échange, de remise en question aussi, en vue de regrouper les acteurs de changement. La paysannerie se révèle plus tenace qu’il y semble mais elle a besoin d’espace pour grandir au soleil. Elle a besoin d’alliés, comme l’Union paysanne. Bon congrès!

Maxime Laplante, agr, président.

,

Congédiement d’un agronome : et qu’arrive-t-il aux fautifs?

Ste-Croix, 31 janvier 2019 – Le MAPAQ vient de licencier un agronome « lanceur d’alerte » qui dénonce l’influence de l’industrie privée dans la recherche sur les pesticides, lourdement financée par les fonds publics. Il y a un an, on apprenait que des chercheurs avaient claqué la porte parce que les résultats de leurs travaux étaient occultés par les représentants de l’industrie, une situation flagrante de conflit d’intérêt.

Nous ne connaissons pas encore toutes les raisons qui ont incité le MAPAQ au licenciement d’un de ses employés mais l’Union paysanne estime inacceptable qu’il en soit ainsi. D’une part, le geste envoie un signal clair aux autres employés qui n’oseront pas dénoncer des situations graves. Et il s’agit d’une situation grave lorsque l’industrie bénéficiant des pesticides influence la recherche financée par le contribuable, alors que l’usage des pesticides a un impact évident dans notre environnement.

Pour Maxime Laplante, président de l’Union paysannne, «le MAPAQ aurait dû porter son attention sur les coupables de telles malversations et envisager des sanctions au lieu de faire porter le blâme sur l’agronome qui a étalé le problème».

Le centre de recherche sur les grains (CEROM) est dirigé par un conseil d’administration de 9 personnes. Parmi ces neuf, trois, dont le président, proviennent des « Producteurs de grains du Québec », affilié à l’UPA, deux de la Coop fédérée. Le seul représentant du MAPAQ, donc du public, n’y a aucun droit de vote.

Rappelons que le CEROM, financé à 68% par de l’argent public, ainsi que le MAPAQ, avaient conclu par leurs études que l’utilisation des néonicotinoïdes ne se justifie généralement pas. Les dirigeants du CEROM ont ensuite occulté ces informations.

L’Union paysanne salue le courage des gens qui ont dénoncé la situation en renonçant parfois à leur emploi. À court terme, il est urgent de revoir la composition des conseils d’administration des organismes dépendant de financement public. Les politiques agricoles mises en place par notre gouvernement devraient faire l’enjeu de débats publics et avoir le bien commun et la préservation de l’environnement en priorité, au lieu de se soumettre aux lobbys industriels.

L’Union paysanne réclame la réembauche de l’agronome concerné.

-30-

Maxime Laplante, agr

Président de l’Union paysanne 581 888-0941

,

Congrès 2019 – Programmation

L’Union paysanne vous invite avec enthousiasme à son Congrès 2019 – qui aura pour thème Souveraineté alimentaire et luttes paysannes – le 9 février prochain dans la ville de Québec, au Domaine de Maizerets.

Visitez notre boutique en ligne pour vous procurer des billets.

Voici la programmation de la journée!

Programmation – Union paysanne – 9 février 2019

8h00-8h55 : Inscriptions

9h00-9h30 : Mots d’introduction :

      • Mot du président;
      • Mot du ministre de l’agriculture, monsieur André Lamontagne;
      • Mot de Jean Pronovost.

9h30-9h45 : Démarche de l’Union paysanne devant la régie

avec Me Jean Nobert, avocat

9h50-10h45 : TR – La biotechnologie au service de la paysannerie?

Avec Thibault Rehn (vigilance OGM) et Geneviève Lalumière (COP14)

10h45-11h00 : PAUSE

11h00-12h15 : Systèmes agro-alimentaires et enjeux environnementaux

avec Dominic Lamontagne (auteur de La ferme impossible), Gabriel Leblanc (coordonnateur international de l’Up et paysan) et Maude Prud’homme (RQGE et paysanne)

12h15-13h15 : DÎNER

13h15-13h55 :

Atelier 1 – Le rôle du facilitateur dans la méthodologie paysan-à-paysan, avec Jean Simon Voghel (Centre paysan)

Atelier 2 – Qui sont les paysan.ne.s? (Discussion animée l’Union paysanne)

14h00-14h30 : Aménagement du territoire québécois – enjeux

avec Maxime Laplante (président de l’Union paysanne)

14h35-15h15 : Déclaration des Nations Unies sur les droits paysans

avec Jessie MacInnis (NFU) et Alix Genier (Droit – McGill)

15h15-15h30 : PAUSE

15h30-16h45 : La Souveraineté alimentaire et ses perspectives

avec Pierre-Olivier Brassard (Coop Ferme Terre Partagée) et Laetitia Rascle Beaumel (coopérative La Mauve)

16h45-18h45 : SOUPER

18h45-20h00 : Alliance citoyenne-paysanne : identification des luttes prioritaires et des modes d’action

20h à 23h : Soirée bières et plaisir pour discuter entre nous!

, ,

Mot de Jean Pronovost en vu du congrès de l’Up

24 heures avant son décès, monsieur Pronovost nous a fait l’honneur d’écrire un mot en vu du congrès de l’Union paysanne. Cet engagement jusqu’à la toute fin envers la cause agricole fait foi de l’importance qu’il accordait  à l’agriculture plurielle. Le voici!

 

Bonjour madame Renaud,

Voici le texte demandé. J’y crois beaucoup. Ce qui m’a incité a l’expédier à quelques autres personnes.  On conçoit souvent l’avenir de l’agriculture une ou à des étiquettes qui escamotent une partie de la vérité.

Certains prônent une agriculture dite industrielle mais qui au fond applique à l’agriculture le modèle économique traditionnel qui repose sur la croissance économique, le marketing, la recherche de la croissance, la productivité etc.  On produit et on vend des pommes de terre, du maïs ou des pommes comme  d’autres secteurs produisent et vendent des clous, des vis ou tous autres produits.

L’agriculture, la vraie, doit intégrer plusieurs autres valeurs à cette dimension économique.  Il faut penser notamment Santé et il faut penser que les impératifs Santé peuvent même varier avec les individus qui ont des besoins différents et particuliers.  Il faut aussi penser à la qualité de l’environnement car la qualité de la nourriture commence là; combattre les failles environnementales par des moyens naturels et biologiques plutôt que chimiques, etc.

Ce que je viens de souligner n’a rien à voir avec la taille des fermes ou de leurs modèles juridiques.  C’est évident que les quantités produites, parce qu’elles intègrent d’autres valeurs, ont tendance à devoir tenir compte des frais que l’éventail de ces valeurs entraînent.  L’État doit prendre tout cela en compte dans ses politiques.  L’agriculture n’est pas univoque. Elle n’est surtout pas noir et blanc et répond à une série de besoins interreliés.

 

Cordialement,

Jean Pronovost

,

Réservez vos dates! Congrès de l’Union paysanne le 9 février

L’Union paysanne vous invite avec enthousiasme à son Congrès 2019 – qui aura pour thème Souveraineté alimentaire et luttes paysannes – le 9 février prochain dans la ville de Québec, au domaine Maizerets. L’événement sera suivi le lendemain par l’Assemblée générale annuelle. En outre, il s’agira d’un lieu où les paysanNEs et les citoyenNEs se réuniront afin de réfléchir collectivement aux prochaines luttes paysannes menées par l’Union paysanne et de discuter des modes d’action pour les concrétiser efficacement. Vous êtes une personne sensible à la cause paysanne et croyez en sa capacité à faire avancer les causes sociales? Alors réservez vos dates et venez assister à notre congrès ouvert à toutes et à tous!

Plusieurs conférencières et conférenciers seront réunis afin d’aborder divers enjeux liés à la question agricole, notamment la question du développement de nouvelles biotechnologies, de l’agroécologie et de la souveraineté alimentaire comme outils conceptuels pour affronter la crise écologique, l’aménagement du territoire, la Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysans, etc. Référez-vous à notre programmation préliminaire (ci-bas) afin de consulter plus exhaustivement les différents sujets abordés.

Achetez dès maintenant vos billets sur notre boutique en ligne

 

Programmation préliminaire

8h00-8h55 : Inscriptions

9h00-9h15 : Mot d’introduction

9h20-9h45 : Démarche de l’Union paysanne devant la régie

9h50-10h45 : La biotechnologie au service de la paysannerie?

10h45-11h00 : PAUSE

11h00-12h00 : Systèmes agro-alimentaires et enjeux environnementaux

12h00-13h00 : DÎNER

13h00-13h40 :

Atelier 1 – Le rôle du facilitateur dans la méthodologie paysan-à-paysan (Centre paysan)

Atelier 2 – Qui sont les paysan.ne.s?

13h45-14h15 : Aménagement du territoire québécois – enjeux

14h20-15h00 : Déclaration des Nations Unies sur les droits paysans

15h00-15h15 : PAUSE

15h15-16h45 : La Souveraineté alimentaire et ses perspectives

16h45-18h45 : SOUPER

18h45-20h00 : Alliance citoyenne-paysanne : identification des luttes prioritaires et des modes d’action

, ,

Congrès 2019 et Assemblée générale annuelle

Veuillez prendre note que le prochain congrès de l’Union paysanne aura lieu samedi le 9 février au Domaine Maizeret, à Québec, sous le thème : «Souveraineté alimentaire et luttes paysannes». Mettez cette date à votre agenda, les billets seront en vente sous peu!!!

L’Assemblée générale annuelle se tiendra le lendemain, dimanche 10 février. TouTEs les membres y sont cordialement invitéEs.

 

, ,

Déclaration climatique paysannes

L’Union paysanne est fière d’initier la déclaration climatique paysanne. Un mouvement citoyen est présentement en marche pour déposer des déclarations climatiques à la rentrée parlementaire mercredi le 28 novembre. Producteurs-trices et citoyenNEs responsables, signez avant mercredi; soyons nombreux-ses à demander un changement radical en agriculture!

Lire la déclaration 

Signer la déclaration

, ,

Déclaration des Nations Unis sur les droits des paysanNEs

L’Union paysanne se réjouit d’accueillir Ramona Duminicioiu afin de discuter de la Déclaration des Nations Unies sur les droits paysans et autres personnes vivant en zones rurales, processus en cours à l’Assemblée Générale des Nations Unies. Ramona fut hautement impliquée dans la promotion de la Déclaration en Europe et dans les démarches à New York. Elle sera parmi nous afin de partager son expérience en tant que femme, activiste et paysanne.

Où? 3559 Rue University, Montréal, QC H3A 2B1
Au Salon de ECOLE

Consulter l’événement facebook

Ramona Ioana Duminicioiu est paysanne à Alunisu, dans la région de Transylvanie en Romanie. Elle est fondatrice et représentante d’Eco Ruralis, une association paysanne nationale membre de La Via Campesina Europe. Ramona est impliquée dans l’articulation paysanne de l’Europe de l’Est. Elle est aussi membre du conseil de coordination du mouvement pan-européen de Nyéléni pour la Souveraineté alimentaire. Depuis 2016, elle occupe une fonction élue au conseil de coordination européen de La Via Campesina. Sur le plan international, elle s’investit dans le Mécanisme international de la société civile sur la sécurité alimentaire et la nutrition (MSC) où elle représente les agriculteurs sous l’égide de La Via Campesina. De plus, Ramona est activement impliquée dans le processus d’adoption de la Déclaration des Droits paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales en tant que coordonnatrice régionale pour l’Europe.

, ,

Le choc de deux mondes

Les audiences devant la Régie des marchés agricoles ont pris fin en début novembre et nous espérons un jugement favorable cet hiver, ce qui permettrait à de nombreuses fermes de vendre un peu plus de poulets, de dindons et d’œufs pour assurer leur rentabilité financière.

Mais ce qui ressortait le plus lors de ces deux semaines d’audiences, c’était le fossé séparant deux modèles. Le choc de deux mondes. L’intolérance flagrante de l’industrie avicole envers les petits élevages, utilisant tous les moyens pour nous empêcher de plaider, faisant de l’obstruction systématique. Les fédérations de l’UPA ont même réclamé que les régisseurs ne prennent pas connaissance des rapports importants sur l’agriculture, comme le rapport Pronovost et le rapport CIRANO sur le hors-quota au Canada. Mais ça, on s’y attendait.

Là où le discours a pris des allures presque ésotériques, c’est lorsque les défenseurs de l’industrie insistaient sur les précautions prises par les grands élevages en matière de bien-être animal et de bio-sécurité, reprochant aux petits éleveurs de ne pas se préoccuper de ces enjeux. Pourtant, lorsqu’on sait que l’espace prévu pour une poule pondeuse se limite à 64 pouces carrés (8po x 8po), que les becs sont coupés et que l’élevage se fera toute leur vie sans accès extérieur ou même de lumière naturelle, il semble aberrant qu’on puisse reprocher aux petits élevages quoi que ce soit à ce chapitre. En prime, beaucoup d’emballages d’œufs ou de volaille vendus en magasin illustrent des oiseaux à l’extérieur, dans l’herbe, devant une petite étable colorée, à côté de laquelle on aperçoit parfois une petite éolienne… Charmant et bucolique. Publicité mensongère? Est-ce que les ventes maintiendraient leur niveau si les emballages illustraient la réalité?

L’industrie reproche aux petits élevages de ne pas avoir de normes et nous suggère d’appliquer les cahiers de charge des grands élevages. Ces normes trouvent leur utilité parce que les élevages de grande concentration sont extrêmement vulnérables face aux épidémies, en raison de la circulation constante de volaille, de fumier, de moulée et d’humains d’un site à l’autre, le tout combiné au fait que la densité des élevages permet une propagation rapide de tout problème. Concentration des élevages et transport d’une ferme à l’autre sont clairement identifiés par la littérature scientifique comme étant LES facteurs de risque.

Mais le problème n’est pas tant la cohabitation de deux modèles mais plutôt le fait qu’un modèle unique ait le contrôle sur l’espace à donner à un autre modèle. Un petit club sélect décide pour l’immense majorité. Même le président de l’UPA a dû reconnaître devant la Régie le manque de démocratie du système, dans lequel les représentants des fédérations ignoraient les conditions minimales pour avoir droit de vote à l’intérieur des plans conjoints.

Espérons que la Régie saura reprendre le contrôle de la situation en agissant en tant qu’arbitre neutre, au lieu d’abandonner le marché à des cartels privés.

Maxime Laplante, agr, président

,

1ère journée devant la Régie des marchés agricoles et alimentaires : 1ère victoire de l’Union paysanne

Communiqué – pour diffusion immédiate

Drummondville (22 octobre 2018) – Les audiences pour une hausse de la production hors-quota ont commencé auprès de la Régie des marchés agricoles. La Fédération des producteurs d’oeufs, affiliée à l’UPA, a d’abord réclamé que la demande de l’Union paysanne ne soit pas entendue, prétextant que l’UPA représente tous les producteurs-trices et que l’Union paysanne n’a aucun intérêt ni représentativité dans ce dossier.

Les régisseurs ont cependant été d’avis que la demande de l’Union paysanne est légitime et qu’elle représente des gens qui ne sont pas représentés dans le système actuel.

Dans le cadre de cette démarche de hausse du hors-quota, l’Union paysanne a reçu plus de 900 signatures d’appui ainsi que des dons d’environ 200 personnes par le biais d’une campagne de sociofinancement pour couvrir les frais juridiques. (gofundme.com/horsquota)

Les éleveurs de volailles, affiliés à l’UPA, ont également déclaré aujourd’hui qu’ils ne s’opposeraient pas à une hausse du hors-quota pour atteindre le niveau de 300 poulets, comme c’est déjà le cas en Ontario.

Dans les prochains jours, l’Union paysanne, mais aussi la coopérative La Mauve et la Coopérative d’agriculture de proximité écologique (CAPÉ), interviendront pour réclamer une hausse du hors-quota à 2000 poulets, 300 pondeuses et 300 dindons. Rappelons que la loi sur la mise en marché des produits agricoles indique pourtant que toute vente directement au consommateur ne devrait pas être soumise aux dictats des plans conjoints.

-30-

Maxime Laplante, agr 581 888-0941