Les dernières nouvelles sur des sujets intéressant l’Union paysanne.

du-pain-sur-la-planche

Faire germer une politique alimentaire… LANCEMENT RÉUSSI!

du-pain-sur-la-plancheDu pain sur la planche: une politique alimentaire pour le Canada a été officiellement lancée lundi 18 avril sur la Colline parlementaire à Ottawa! Félicitations aux centaines de personnes qui ont donné bénévolement des milliers d’heures de leur temps pour faire de cette politique ce qu’elle est!

 

Le travail est loin d’être terminé. Ce n’est qu’un début!

Nous avons besoin de votre aide pour que la politique alimentaire reste un enjeu de ces élections.

citoyens-unissent

La Politique alimentaire populaire recense les préoccupations des Canadiens concernant notre système alimentaire et propose des pistes concrètes de solutions pour aboutir à un système sain, juste et écologique. Cette politique est le fruit du travail de plus de 3500 citoyens réunis pour combattre les failles du système actuel que sont la faim, la santé et l’environnement.

 

Pour en savoir plus…


 

Pour une politique alimentaire populaire (peoplesfoodpolicy.ca)

Les partis fédéraux soutiennent la Politique alimentaire populaire: (communiqué du 21 avril 2011, peoplesfoodpolicy.ca)

ppama2011

Québec lance le « Programme pilote d’appui à la multifonctionnalité de l’agriculture »

ppama2011Les projets basés sur l’aspect multifonctionnel de l’agriculture (voir la définition du MAPAQ ci-dessous) auront accès à un soutien additionnel, grâce à ce nouveau programme-pilote, annoncait hier dans un communiqué le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, Pierre Corbeil.

 

 

Les grandes lignes

Dans un document du MAPAQ présentant le programme, on définit ainsi la mulifonctionnalité de l’agriculture : « contribution de l’agriculture, par ses fonctions économiques, sociales et environnementales, à la qualité de vie de la communauté ».

Les petites exploitations agricoles sont particulièrement ciblées, puisque seules celles dont les revenus agricoles bruts sont inférieurs à 150 000 $ seront admissibles. Ces dernières devront faire partie des 56 MRC visées par la mesure, dont les grands centres et les grandes régions agricoles sont exclues.

Le programme favorisera la multifonctionnalité de l’agriculture à l’échelle des collectivités locales en soutenant l’adoption de pratiques qui contribuent notemment à :

  • la mise en valeur des paysages
  • l’attractivité des territoires
  • l’accessibilité de l’espace rural
  • la préservation du patrimoine agricole
  • la protection de la biodiversité
  • la prestation de services destinés à la communauté

Bon pour la paysannerie…

Inutile de spécifier qu’il y a là une bonne partie des revendications de l’Union paysanne, depuis ses débuts. En effet, l’agriculture paysanne est une agriculture à vocation multifonctionnelle, par défaut, puisque ses objectifs sont entre autres d’occuper et animer le territoire, de soutenir la souveraineté alimentaire et la production locale, de protéger la biodiversité, etc. Voilà donc de belles possibilités de développements pour nos membres, que nous encourageons à aller s’informer davantage auprès de l’une des directions régionales du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation ou via le Web, références ci-dessous.

 

Pour en savoir plus :

Programme pilote d’appui à la multifonctionnalité de l’agriculture (MAPAQ)

Le ministre Pierre Corbeil annonce un soutien de 10 millions de dollars aux entreprises agricoles (11 avril 2011)

Marché public sur Internet – Le système développé par les Amies de la Terre

«Les marchés publics basés sur le système de commande en ligne développé par les Amies de la Terre en Estrie ont fait leur preuve. Ils sont en train de quadriller petit à petit le territoire québécois, grâce à une approche intelligente qui laisse une très large autonomie aux communautés qui adoptent le système. Villes en transition Coaticook a choisi ce projet de Marché public pour marquer son désir d’agir concrètement et en synergie avec les efforts déjà déployés par le milieu.»

Lire plus…

La Via Campesina signe une lettre en solidarité avec les luttes des femmes du monde

Cette « Lettre de solidarité aux luttes des femmes du monde » a été élaborée par une commission de travail composée par des femmes de différentes organisations à partir des débats réalisés au long du Forum social mondial qui a eu lieu à Dakar, février 2011. Ce même contenu a été présenté comme proposition de déclaration à l’Assemblée de Femmes au matin du 11 février.

Lettre rédigée le 11 février 2011, à Dakar, Sénégal, durant le Forum Social Mondial

Lettre de solidarité à la lutte des femmes du monde

En cette année où le Forum Social Mondial, pour la 3e fois après le Mali en 2006 et le Kenya en 2007, se joint aux peuples d’Afrique, nous les femmes de différentes parties du monde, réunies à Dakar, conscientes que l’union de nos forces pourra à terme apporter un changement, réaffirmons notre solidarité et notre admiration pour les luttes des femmes sénégalaises, des femmes africaines et des femmes du monde. Leurs luttes, conjointement avec les luttes de tous, hommes et femmes, renforcent la résistance menée partout contre le système capitaliste et patriarcal mondialisé.

Au jour d’aujourd’hui nous traversons toujours les mêmes crises mondiales – économique, alimentaire, écologique et sociale – et nous constatons avec inquiétude que ces crises perdurent et s’approfondissent. Nous reformulons ici notre analyse selon laquelle ces crises ne sont pas isolées mais sont l’expression de la crise du modèle caractérisé par la surexploitation du travail et de l’environnement, et par la spéculation financière de l’économie. C’est pourquoi nous les femmes, nous continuons à dire qu’il faut changer ce modèle de société, ce modèle économique, ce modèle de production et de consommation, qui génère une pauvreté accrue pour nos peuples et en particulier pour les femmes.

  • Nous les femmes, sensibles au respect et à la défense des principes de justice, de paix et de solidarité, avons besoin d’avancer dans la construction d’alternatives face à ces crises : cependant les réponses palliatives basées sur la logique marchande ne nous intéressent pas.
  • Nous ne pouvons accepter que les tentatives de maintenir le système actuel en place soient faites aux dépends des femmes.
  • En ce sens, nous disons non à l’intolérance et la persécution de la diversité sexuelle et aux pratiques culturelles qui portent atteinte à la santé, au corps et à l’âme des femmes.
  • Nous condamnons toutes sortes de violences faites aux femmes, en particulier les fémicides, le trafic des femmes, la prostitution forcée, les violences physiques, le harcèlement sexuel, les mutilations génitales, les mariages précoces, les mariages forcés, le viol, le viol utilisé comme arme systématique de guerre, et l’impunité de ceux qui commettent ces actes d’horreur contre les femmes.
  • Nous disons non encore, à une société qui bafoue le droit des femmes, en ne leur permettant pas l’accès aux ressources, à la terre, au crédit, à l’emploi en conditions dignes, où le capital pour se reproduire précarise les emplois des femmes.
  • Nous condamnons l’accaparement et la colonisation des terres des paysannes et des paysans, quelles qu’en soient les formes, par des Etats ou des entreprises transnationales, et nous condamnons les cultures transgéniques, qui portent préjudice à la biodiversité et à la vie.
  • Nous disons non à la course à l’armement et à la course au nucléaire, qui sont faites au détriment de l’investissement des Etats dans des programmes sociaux, sanitaires et éducatifs.
  • Nous  condamnons une société qui met les femmes à l’écart de l’accès à la connaissance et à l’éducation, où les femmes sont marginalisées et discriminées dans les prises de décision.
  • Nous disons non aux conflits armés et aux guerres et aux occupations. Nous disons OUI à la paix juste pour les peuples opprimés.
  • Face à tout cela, nous proposons de renforcer nos luttes pour que nos pays aient leur souveraineté économique, politique et culturelle face aux institutions financières internationales. Nous voulons l’annulation des dettes odieuses et illégitimes et un audit citoyen qui permettra aux peuples d’obtenir réparation: les femmes ne doivent rien, elles sont les premières créancières de la dette odieuse. Nous demandons aussi l’application effective de la taxe Tobin.
  • Nous revendiquons la souveraineté alimentaire des peuples et la consommation de produits locaux, l’utilisation de nos semences traditionnelles, et l’accès des femmes à la terre et aux ressources productives.
  • Nous voulons un monde où les hommes et les femmes ont les mêmes droits, les mêmes opportunités dans l’accès à la connaissance, à la scolarisation, à l’alphabétisation et à l’éducation et aux postes de décisions, et les mêmes droits au travail et à des salaire justes.
  • Nous revendiquons un monde où les Etats investissent dans la santé des femmes et de nos enfants, et en particulier dans la santé maternelle.
  • Nous demandons la ratification et l’application effective de toutes les conventions internationales, en particulier la convention 156 et la convention 183 du BIT.
  • Nous voulons la démocratisation de la communication et de l’accès à l’information.
  • Nous sommes solidaires avec les femmes palestiniennes pour un Etat palestinien démocratique, indépendant, souverain, Jérusalem comme capitale, et le retour des réfugiés en accord avec la Résolution 194 des Nations Unies.
  • Nous sommes solidaires avec les femmes de Casamance pour le retour de la Paix.
  • Nous sommes avec la lutte des peuples en Tunisie et en Egypte pour la démocratie.
  • Avec les Femmes de la République Démocratique du Congo pour la fin du conflit.
  • Avec les femmes kurdes, pour une société démocratique,écologique, libre et égalitaire entre les femmes et les hommes, et où existe le droit d’utiliser leur langue maternelle dans l’éducation.
  • Nous sommes solidaires avec le droit à l’autodétermination pour les femmes Sarahoui, en conformité avec la résolution des Nations unies, et pour trouver une solution pacifique selon la Charte du Forum Social Maghrébin.
  • Nous sommes solidaires avec toutes les femmes victimes de catastrophes naturelles, commme Haiti, le Brésil, le Pakistan, Australie…
  • Nous sommes solidaires avec les millions de femmes et enfants réfugiés et déplacés.
  • Nous appelons au retour à leur terre et à la liberté de circulation.
  • Nous proposons la création de réseaux d’alertes et d’informations sur et pour les femmes qui se trouvent en zones de conflit ou d’occupation. Nous proposons le 30 mars comme journée de solidarité internationale avec le Peuple palestinien et au nous appelons au boycott des produits provenant de l’occupant israélien. Nous appelons à la réalisation d’un Forum international de solidarité avec la lutte du peuple palestinien en 2012.
  • Nous reconnaissons toutes les luttes de toutes les femmes du monde et nous faisons nôtres leurs revendications: ce qui arrive à l’une d’entre nous, cela nous arrive à nous toutes. C’est pour cela que nous devons lutter toutes ensemble.

Dakar, le 11 février 2011

  Organisations signataires

  • La Marche Mondiale des Femmes
  • La Via Campesina
  • La Fédération Démocratique Internationale des Femmes (FDIM)
  • Articulation Féministe MARCOSUR
  • IFWF – International Free Women’s Foundation
  • WILDAF – Senegal (Women in Law and Development in Africa)
  • AWID
  • CADTM – Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde
  • WIDE
  • Organisation Continental Latino-Américaine des Etudiants (OCLAE)
  • UBM – Union Brésilienne des Femmes
  • CEBRAPAZ (Brésil)
  • CTB (Brésil)
  • CUT (Brésil)
  • AMB – Articulation Brésilienne des Femmes
  • Democratic Women Freedom Movement « DOKH »
  • Kurdish Women Peace Office
  • Coordinacion de Mujeres del Paraguay CMP
  • Isis International
  • La Red de Mujeres de AMARC (AMARC-RIM/AMARC-RIF/AMARC-WIN)

Wall-Mart débarque dans l’agroalimentaire avec ses Supercentres

«Ça y est. Les Supercentres arrivent au Québec. Déjà présents dans quelques provinces du Canada, Walmart promet que 30 % de ses aliments frais proviendront d’entreprises québécoises. Reste à voir quel sera le pourcentage dans la section des fruits et légumes…»

Lire plus…

L’Union paysanne a tenu son conseil national à Guigues

« Près d’une quarantaine de membres ont participé au Conseil national de L’Union paysanne à St-Bruno-de-Guigues le samedi 5 février. Il y a été question de mise en marché collective, de perspectives d’avenir, du Livre vert et d’abattoir régional. »

Source : L’Union paysanne a tenu son conseil national à Guigues, Lucie Charest (La Frontière).

L’agroécologie «peut doubler la production alimentaire en Afrique en 10 ans»

Selon un rapport de l’ONU, les projets agricoles utilisant peu d’intrants, ne reposant pas sur les fertilisants chimiques et les pesticides, ont haussé de façon signifiante la production alimentaire en Afrique, en Asie du Sud-Est et en Amérique du Sud. Pour en savoir plus : Agroecological farming « can double food production in Africa over next 10 years » (Tom Levitt, The Ecologist).

Olivier De Schutter en appelle à un virage fondamental en faveur de l’agroécologie

«[8 mars 2011] GENÈVE – Ce mardi 8 mars, le Rapporteur spécial a présenté son rapport « Agroécologie et droit à l’alimentation » devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Fondé sur l’examen approfondi des plus récentes recherches scientifiques, ce rapport démontre que l’agroécologie peut doubler la production alimentaire de régions entières en 10 ans tout en réduisant la pauvreté rurale et en apportant des solutions au changement climatique. Le rapport appelle donc les États à entamer un virage fondamental en faveur de l’agroécologie comme moyen de répondre aux défis alimentaires, climatiques et de pauvreté dans le monde.»

Olivier De Schutter | Rapporteur Spécial des Nations Unies pour le Droit à l’Alimentation

Source : Rapport : agroécologie et droit à l’alimentation

Contre le gaz de schiste, le Larzac de Bové bouge (encore)

«Le Larzac a découvert dans un même mouvement qu’il était assis sur un faramineux gisement de gaz et que le gouvernement avait déjà accordé des permis de forer à plusieurs sociétés – dont Total et GDF Suez –, qui pourront planter leurs derricks où elles veulent. Depuis, les «anciens» se repassent le film. C’est la lutte.»

Source : Contre le gaz de schiste, le Larzac de Bové bouge (encore) Sophie Verney-Caillat (Presse toi à gauche!). 

L’envers de l’assiette – Et quelques idées pour la remettre à l’endroit

«Depuis sa parution en 2003, le succès de L’envers de l’assiette ne se dément pas. Des milliers de QuébécoisEs l’ont adopté pour éclairer leurs choix de consommation. Engagé, socialement responsable et accessible, ce guide alimentaire nouveau genre a été entièrement retravaillé et mis à jour par l’auteure.

Laure Waridel scrute nos habitudes alimentaires et nous montre les dangers d’une agriculture industrialisée et mondialisée. La distance croissante parcourue par nos aliments augmente les émissions de GES (un fruit parcourt en moyenne plus de 2500 km de l’arbre à l’assiette), les modes de production agricole polluent la terre et l’air, les océans se vident, les abeilles disparaissent et le système agroalimentaire, toujours dominé par une poignée de transnationales, continue de cultiver les inégalités Nord-Sud. Et si en 2003, 800 millions de personnes souffraient de la faim, ce chiffre atteint tristement 1 milliard aujourd’hui.»

Source : L’envers de l’assiette – Et quelques idées pour la remettre à l’endroit, Écosociété.