, , , ,

Congrès 2017: Ça passe par la relève

C’est sous le thème de la relève que l’Union paysanne tiendra son congrès 2017. L’activité aura lieu au Complexe Sacré-Coeur de Victoriaville, le 18 novembre 2017. Vous aurez la chance d’entendre et de rencontrer plusieurs panélistes de renomC’est sous le thème de la relève que l’Union paysanne tiendra son congrès 2017. L’activité aura lieu au Complexe Sacré-Coeur de Victoriaville, le 18 novembre 2017. Vous aurez la chance d’entendre et de rencontrer plusieurs panélistes de renom

Symposium sols vivants

Le Symposium Sols Vivants Montréal, un événement bilingue se déroulant à l’Université Concordia, aura lieu du 13 au 15 octobre 2017.

Cette rencontre discutera du rôle crucial de la régénération de la santé des sols pour l’atténuation des changements climatiques, la sécurité alimentaire, la propreté de nos cours d’eau et la santé humaine.

Les conférenciers incluent des scientifiques, agriculteurs, agronomes, entrepreneurs et experts politiques. Notamment, Dre Elaine Ingham, Jean-Martin Fortier et Louis Pérusse.

Pour plus d’informations, consulter le site internet symposiumsolsvivants.ca

, ,

Dévoilement de la bande annonce et de l’affiche du film La ferme et son état

Le documentaire de Marc Séguin prendra l’affiche le 29 septembre prochain. Il fait parti de la sélection officielle du Festival international du cinéma de la ville de Québec.

 

Extrait du communiqué de presse:

La ferme et son État est un portrait actuel des forces vives et des aberrations en agriculture au Québec.

Nous avons suivi, pendant dix-huit mois, des jeunes agriculteurs (femmes et hommes) éduqués qui rêvent de faire une agriculture responsable,

innovatrice et écologique, dans un système où ils ont peine à exister, alors que la réalité change sous nos yeux.

Le film revendique cette nouvelle identité et une politique agricole qui tiendra compte de la réalité.

 

Découvrez la bande-annonce

 

 

Affiche téléchargeable, dossier de presse, bande annonce sur www.kfilmsamerique.com

Relation de presse

Philippe Belzile (514) 277-2613

info@kfilmsamerique.com

LA SOUVERAINETÉ ALIMENTAIRE, QU’EST-CE QUE C’EST?

La souveraineté alimentaire est un concept développé et présenté pour la première fois par Via Campesina, dont fait partie l’Union paysanne, lors du Sommet de l’alimentation organisé par la FAO à Rome en 1996.

La souveraineté alimentaire est le droit international qui laisse la possibilité aux populations, aux États ou aux groupes d’États de mettre en place les politiques agricoles les mieux adaptées à leurs populations sans qu’elles puissent avoir un effet négatif sur les populations d’autres pays. La souveraineté alimentaire est donc une rupture par rapport à l’organisation actuelle des marchés agricoles mise en œuvre par l’OMC.

LES SEPTS PILIERS DE LA SOUVERAINETÉ ALIMENTAIRE

  1. Mettre l’accent sur les besoins alimentaires des peuples
    • Mettre les besoins alimentaires des populations au cœur des politiques
    • Insister sur le fait que les aliments sont plus que de simples biens de consommation
  1. Parfaire les connaissances et les compétences
    • Tirer profit des savoirs traditionnels
    • Utiliser la recherche pour appuyer ces savoirs et les transmettre aux générations futures
    • Rejeter les technologies qui minent ou contaminent les systèmes alimentaires locaux
  1. Travailler en harmonie avec la nature
    • Optimiser les contributions des écosystèmes
    • Priser la résilience
  1. Valoriser les fournisseurs d’aliments
    • Soutenir les modes de subsistance durables
    • Honorer le travail de tous les fournisseurs d’aliments
  1. Circonscrire les systèmes alimentaires à une échelle locale, régionale
    • Réduire la distance entre les fournisseurs d’aliments et les consommateurs
    • Rejeter le dumping et l’aide alimentaire mal adaptée
    • Résister à la dépendance envers les entreprises transnationales et irresponsables
  1. Implanter le contrôle localement
    • Donner le contrôle aux fournisseurs d’aliments locaux
    • Reconnaître la nécessité d’habiter et de partager les territoires
    • Combattre la privatisation des ressources naturelles
  1. Reconnaître le caractère sacré des aliments
    • Reconnaître que les aliments sont un cadeau de la vie et qu’ils ne doivent pas être gaspillés
    • Faire valoir le fait que les aliments ne sont pas des marchandises

 

,

Communiqué: L’Union paysanne boycottera la 3e rencontre du Sommet sur l’alimentation

Lachute, 24 mai 2017 : L’Union paysanne a décidé de boycotter la 3e rencontre préparatoire du Sommet sur l’alimentation afin de protester contre le vide de l’exercice. Lors du lancement,  l’Union paysanne croyait à une réelle consultation des différents groupes, mais craignait la longueur de l’exercice. Eh bien l’exercice, en plus d’être long, ne permet pas d’approfondir la réflexion creusée par le rapport Pronovost. « On repasse dans les mêmes lieux communs, pas de réel débat et un temps de parole insignifiant» témoigne Maxime Laplante, vice-président. Tandis que beaucoup d’orateurs occupent la foule, on a l’impression que la future politique agricole du Québec est déjà écrite.

L’Union paysanne, après avoir participé aux deux premières rencontres visant les consommateurs et les transformateurs, a été très surprise de constater la surreprésentation de l’UPA dans le volet destiné aux consommateurs. Il est encore plus dérangeant de constater que, dans ce troisième volet consacré aux producteurs agricoles, aucun espace ne sera donné afin de discuter du monopole syndical de l’UPA.

Cette question est en suspend depuis le rapport Pronovost en 2008. Cette rencontre aurait pu permettre un débat réel sur la question entre les différents groupes de représentants agricoles, mais la question a été soigneusement évitée. « On voudrait réduire l’agriculture à une donnée économique, mais les agriculteurs attendent qu’on leur redonne un réel droit d’association. La démocratie ne semble pas prioritaire pour notre gouvernement », souligne Benoit Girouard, président de l’Union paysanne.

Notre organisation a été au cœur des différentes réflexions agricoles des quinze dernières années et a motivé la tenue de la Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire du Québec en 2008, mais nous ne perdrons plus notre temps. Nous invitons le ministre Laurent Lessard à s’inspirer du rapport Pronovost et St-Pierre afin d’amener l’agriculture du Québec dans un renouveau.  Repasser dans les mêmes sentiers encore et encore ne peut que condamner l’agriculture du Québec à avoir moins de fermes. Accepter cette logique revient à abdiquer devant les marchés alors que nous pouvons être maîtres de notre développement en agriculture.

Nos administrateurs agriculteurs et bénévoles seront donc dans leurs champs à semer, cela  sera plus profitable pour la population du Québec. Il reste un volet intéressant à ces consultations, soit les consultations web auprès de la population. Nous invitons le MAPAQ à mousser encore plus ce volet afin de développer une première politique agricole innovatrice et en phase avec la population du Québec. Soyons courageux et osons le changement.

Pour information :

Benoit Girouard                                                                                Maxime Laplante

Président Union paysanne                                                              Vice-président

450-495-1910                                                                                    581-888-0941

 

 

thumbnail of Com.SommetBoycott 24 mai 2017.doc

Prêtez-nous vos talents
,

Pourquoi ne pas s’impliquer ? bénévoles recherchés

L’Union paysanne a une grande variété de besoin qui vont et viennent au gré des campagnes d’action et du fonctionnement du mouvement. Ils sont souvent essentiel à la santé de l’Union paysanne et ont pu se faire depuis 15 ans grâce à l’implication de tous.

Vous voulez nous prêter vos talents ? Voici quelques uns des besoins….

  • Relance téléphonique d’anciens membres, pour faire corriger des mauvaises adresses courriel, etc.
  • Tenir des kiosques lors de foires et d’événements. Vous connaissez un événement dans votre région qui serait propice à tenir un kiosque de l’Union paysanne ? Pourquoi ne pas y participer pour l’Union paysanne ?
  • Être en mesure de faire des courts clips vidéo sur des sujets agricoles pour notre page Youtube
  • Habiles avec le logiciel WordPress et qui pourraient nous aider avec notre site web.
  • Pour la correction de texte. C’est une tâche qui revient souvent et essentiel
  • Pour la traduction. Surtout du français vers l’anglais. Nous aimerions traduire certains de nos documents pour atteindre la communauté anglophone.
  • Pour participer à un comité de financement afin d’élaborer des campagnes de collecte de fonds. Un secteur clé, mais souvent négligé par l’Union paysanne.
  • Habiles en communication et qui ont une plume aguerrie afin d’influencer les débats et de travailler de pair avec le président de l’Union paysanne.
  • Un ou une responsable des bénévoles.

Alors, si vous avez un peu de temps à donner, communiquez avec nous par courriel paysanne@unionpaysanne.com ou par téléphone 450-230-5046. Écrivez-nous vos champs d’intérêt et ce que vous pourriez faire pour nous aider

,

L’Union paysanne se réjouit de la nomination de Laurent Lessard

Lachute, 27 janvier 2017 : L’Union paysanne prend acte de la nomination de Laurent Lessard comme titulaire du ministère de l’agriculture. Il est le candidat tout désigné pour avoir déjà occupé ce poste de 2007 à 2009 et de 2010 à 2011.  Nous communiquerons avec lui rapidement pour faire le tour des dossiers agricoles : taxation municipale, monopole syndical, soutien à l’agriculture, etc. « Nous sommes confiants, Laurent Lessard a ouvert les portes toutes grandes à notre organisation au lendemain du rapport Pronovost», souligne Benoit Girouard, président de l’organisation.

-30-

 

Pour information :

Benoit Girouard                                                                                  Maxime Laplante

Président Union paysanne                                                                   Vice-président

450-495-1910                                                                                      418-926-2473

Conduite de troupeau avec chien

Le chien de conduite est un auxiliaire inestimable; c’est le bras droit de l’éleveur. Cependant, déplacer des animaux avec un chien est probablement l’une des activités les plus complexes qui soient. Peu de gens sont prêts à prendre le temps nécessaire pour apprendre ces techniques. C’est votre chance d’y être initié dans une approche personnalisée qui mise sur la pratique. Une manière pour l’éleveur de faire son travail plus efficacement de manière confortable et de réduire le stress.

La formation

Plusieurs techniques sont essentielles pour bien utiliser son chien:

Les fondations, le contournement, la poussée. Seront également traités: le comportement du chien de travail, le comportement du bétail, l’apprentissage des commandes, la sécurité dans la pratique, sans oublier l’éthique dans le dressage du chien de travail.

Déroulement : Coaching personnalisé avec tous les participants (8 participants maximum!)

 

Notre formatrice : Nancy Guérin

Détentrice d’un baccalauréat en communication graphique et d’un certificat en enseignement, Nancy Guérin est une passionnée du dressage canin et du métier d’éleveur en général. Elle cumule 15 ans d’expérience en élevage ovin sur sa propre ferme, à l’origine pour répondre à un besoin personnel, mais dont la production augmente d’année en année (cheptel d’environ 50 brebis). Nancy pratique le dressage des chiens depuis 25 ans dans plusieurs disciplines passant de la compétition d’obéissance et d’agilité à la conduite de troupeau avec un chien. Elle a suivi de nombreuses formations et participe chaque année à des compétitions de conduite de troupeau aux États-Unis depuis environ 13 ans. Elle offre maintenant des cours de conduite de troupeau, organise des cliniques ainsi que des concours sur sa ferme.

 

Autres informations

Apportez votre lunch

Du covoiturage peut s’organiser, nous contacter dans le besoin!

Nombre limité d’inscriptions (8)

Un rapport sur la relève agricole qui commande des actions

Lachute, 27 avril 2016. Certains avaient reproché à la Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire du Québec de ne pas avoir assez traité de la relève agricole dans son rapport de 2007. Et bien, Jean Pronovost vient de boucler la boucle avec succès. Le rapport « À l’écoute de la relève agricole », sorti hier, fait le tour des questions qui préoccupent les jeunes de la relève agricole. Prix des terres, transfert familial, gestion de l’offre, accès au territoire, financement, plan conjoints, etc. Lire la suite

Pour nourrir le Québec, donnons une place aux paysans et à la relève agricole.

C’est n’est plus un secret pour personne, il n’y a pas d’ouverture, ni pour la relève agricole, ni pour les paysans dans les secteurs sous quota au Québec. Cette situation, qui perdure depuis plus de 40 ans, est due en grande partie à la résistance des cartels1 qui contrôlent ces secteurs à partager avec les jeunes générations. Lire la suite